La garde-robe ou le refuge de la personnalité

La dernière exposition du Palais Galliera illustre avec exemplarité l’intimité des entretiens entre vêtement et corps, vêtement et personnalité. Déambulant entre les robes, les manteaux, les casaques brodées, les tenues de bals ou de voyage, c’est moins la reconstitution d’un Paris désormais englouti, celui de Proust, de Montesquiou ou de Fauré qui fascine, que l’impression de rencontrer un fantôme, comme si des étoffes émanait encore la chaleur du corps tant chéri, celui de la comtesse Greffulhe.

otto_visuel_affiche_retrouche

Comtesse Greffulhe par Otto

Par ses choix audacieux, parfois extravagants, la comtesse devançait presque son époque, créant les modes plutôt que de les suivre, composant tel un alchimiste avec diverses influences (orientales, japonisantes, antiques) des accords improbables de motifs et de couleurs.

Outre sa sensibilité aux étoffes, c’est sa grande acuité qui interpelle et son sens de la représentation et de la mise en scène. On sait à quel point ce siècle est celui d’une transformation du regard, d’une ère non plus de la seule représentation, mais de la visibilité : comment apparaître et se rendre visible, l’usage du medium photographique en témoigne, ainsi que les parures ornées et théâtrales. Se rendre visible par un masque en somme, tel serait le paradoxe incarné par la comtesse Greffulhe.

Paradoxe qui éclaire avec justesse certains aspects de l’exposition, mais qui en obombre d’autres. Ce que révèle la simplicité d’un déshabillé, les retouches successives d’une robe, le pli de la main inscrit dans le cuir du gant, ce n’est ni un vêtement comme instrument de dissimulation, ni l’épiphanie d’une vérité de l’être, mais un entre-deux : l’indice sourd d’une entreprise de fabrication de soi.

qeogn

Comtesse Greffulhe par Otto

« Miroir, vase d’intenses félicités, creuset d’immenses douleurs, à ton tour mire-toi en ma fleur dans cet instant, deux fois épanouie. Rentre en moi, deviens mon essence. Que mon regard soit tel qu’un rideau, que j’abaisserai sur ta glace afin d’y enfermer à jamais les plus chers trésors de mon être, ainsi devenue immortelle ! » Comtesse Greffulhe, citation présentée dans le cadre de l’exposition au Palais Galliera

La Mode retrouvée. Les robes-trésors de la comtesse Greffulhe Exposition présentée au Palais Galliera, du 7 novembre 2015 au 20 mars 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *