Le drapé : pour une esthétique de la souplesse et de l’enchevêtrement

Voici ci-après la communication proposée à l’occasion du Festival de l’Institut Français de la Mode (IFM) en juillet dernier. Il va sans Dire qu’elle était avant tout destinée a l’oreille attentive plutôt qu’a l’œil, qui, je l’espére, ne sera pas trop éprouvé en découvrant le texte ou plutôt, ces Paroles.

 

L’intuition que nous avons tâchée d’élaborer est celle d’une redécouverte du drapé par le prêt à porter ou Comment les créateurs au cours des dix dernières années se sont appropriés cette technique ancestrale. Que signifie cette survivance du drapé ? Les formes modernes du drapé sont-elles la simple persistance d’un leitmotiv antique ?

Collage Robe drapée Lanvin Collection P/E 2010 et tête de Victoire ailée, Musée du Louvre Crédits : M.R.S

Collage Robe drapée Lanvin Collection P/E 2010 et tête de Victoire ailée, Musée du Louvre
Crédits : M.R.S

En guise d’introduction, il me faut insister sur la spécificité de ma démarche, ce qui revient essentiellement à expliciter quelques principes de méthode.

La première exigence à laquelle doit répondre tout travail philosophique est celle de la définition : le drapé, de quoi s’agit-il ? De quoi parle-t-on exactement ? Moins la définition est évidente, plus la réflexion devient stimulante en ce qu’elle mêle rigueur et créativité de la pensée. Ainsi le cas du drapé est particulièrement intéressant car il se caractérise par une profonde ambivalence, oscillant entre motif artistique et type vestimentaire, l’une n’excluant pas l’autre.

La seconde exigence de la démarche philosophique implique l’examen attentif d’un corpus. Il s’agit de comprendre comment le drapé a été pensé, c’est-à-dire de quelles notions il a été rapproché, et cela à partir de textes théoriques de nature différente qu’ils relèvent de l’histoire de l’art, de la philosophie, voire du modélisme. Comprenez-moi bien, il ne s’agit en aucune manière de réduire l’étude à la symbolique de l’objet ou aux valeurs qu’ils véhiculent, mais d’expliciter les implications de telle ou telle conception élaborée par un auteur.

J’éclaircirai mon propos par un exemple. Dans l’Esthétique, ouvrage du philosophe allemand Hegel, le drapé est analysé à l’aune de la liberté. Comment interpréter ce rapprochement ? En évoquant ce vêtement libre qu’est le drapé, ne fait-il que référence à la souplesse de l’étoffe et aux possibilités qu’a le corps de se mouvoir aisément ? Une étude plus approfondie des textes révèle que cette notion est moins une liberté en un sens dynamique (mouvement du corps ou du vêtement) qu’une liberté en un sens spirituel, la malléabilité de l’étoffe étant le reflet des tumultes de la vie intérieure, témoignant de cet équilibre entre matière et esprit propre de l’idéal classique. À ce titre, le drapé n’est qu’un énième témoignage de l’anticomanie de l’époque.

Certes, nous conservons du drapé cette image antiquisante, à l’instar des vestiges archéologiques qui en sont les somptueux témoins, mais ce dernier est loin de se réduire à une curiosité passée. En effet, l’analyse du drapé ne manque pas d’actualité, et éclaire sous un nouveau jour certaines tendances du vestiaire contemporain, ainsi qu’un rapport au vêtement et au corps. C’est donc moins un résumé de ma thèse que je vous propose à présent, que l’un de ses prolongements possibles à partir de l’étude des métamorphoses contemporaines du drapé et du retour d’un vestiaire souple.

Plan de la communication :

  • Le drapé : vêtement souple et détente
  • Les réinterprétations contemporaines du drapé
  • Le drapé : un geste à l’œuvre

Le drapé : vêtement souple et détente

L’idée d’une telle présentation, m’est venue à la lecture d’un extrait d’Yvonne Deslandres que voici :

« Le vêtement construit et coupé près du corps n’apparaît plus constamment satisfaisant. On voit aujourd’hui des créateurs, en assez petit nombre encore, s’efforcer de trouver des solutions modernes au système traditionnel du costume drapé, encore porté dans de très nombreuses régions du globe, mais oublié dans les pays industrialisés. (…)  Il est symptomatique que nous assistions actuellement à des tentatives dispersées et concordantes pour réintroduire l’usage des robes flottantes, des ponchos et des châles que chacun peut organiser autour de son corps à son gré. Rien n’est moins uniforme que le costume drapé ; s’il paraît encore utopique pour le bureau ou l’usine, il semble une réponse valable pour les moments de liberté. »

Yvonne Deslandres, p. 333 (1976)

À la fin de son ouvrage, Yvonne Deslandres plaide en faveur d’un drapé renouvelé, réhabilité, qui serait par excellence l’expression de la créativité de chacun, et par là, elle entend une créativité dont l’expression privilégiée serait corporelle. La créativité est une appropriation du vêtement, il s’agit de la faire sien, à l’inverse d’un uniforme.

Pourquoi ne pas prendre au sérieux cette affirmation et tâcher de saisir les résurgences du drapé dans les collections de Prêt à Porter de ces dernières années ?

C’est cet exercice que je vous livre à présent, j’ai ainsi sélectionné trois créateurs: Lanvin, Rick Owens et Céline dont les collections interprètent plus ou moins fidèlement la technique du drapé, telle qu’elle a été originellement conçue, à savoir un carré ou un rectangle d’étoffe endossé qui créé un jeu de plis, de renflements, retenus par un certain nombre d’accessoires.

Les réinterprétations contemporaines du drapé : Étude de cas

  • Le drapé classique : Lanvin

L’interprétation la plus littérale du drapé est celle que l’on trouve dans les collections Lanvin, ici les collections Printemps-Eté 2010 et 2016. Littérale et classique au point que l’une des robes pourrait aisément constituer la parure marmoréenne d’une statue, et telle ou telle Vénus, prendre le chemin du podium. De facture complexe, élaborée, le drapé est ici conçu comme un ornement, que l’on ajoute au corps de la robe ou qui traduit un façonnage ponctuel de la matière, par jeu de torsions, de plis souples. Il ne s’agit pas d’un drapé au sens d’un vêtement endossé, mais d’un drapé comme motif sur un vêtement cousu. L’effet majeur et que l’on retient de ses silhouettes, est une impression de luxe exubérant en raison de l’abondance de la matière, des couleurs chatoyantes et des effets de diaprure, exaspérés par les jeux de lumière, tel l’usage du drapé en peinture, qui marque l’éminence d’un personnage, sa richesse.

  • Le drapé expérimental : Rick Owens

Chez Rick Owens en revanche, il s’agit d’un drapé expérimental, soit d’une mise à l’épreuve de la matière par le geste. Habituellement réservé aux étoffes souples, le drapé s’applique ici de façon inattendue à des matières plus duveteuse et épaisses, le cuir, le poulain, jouant sur les effets de cassure de la matière, et sur la fonction enveloppante du drapé. Expérimental est à entendre en un second sens ici pour Rick Owens, puisqu’il adapte et remet au goût du jour un drapé masculin à la façon de Madame Grès ou de Madeleine Vionnet pour l’habit féminin, deux couturières dont il se revendique sans fard dans ses notes d’intention. Je relève également cette remarque particulièrement éclairante et qui constituait le fil directeur de la dernière collection masculine présentée le 23 juin dernier. Outre la ressemblance troublante entre les drapés du début du XXe siècle et ceux du créateur américain, Rick Owens donne au savoir-faire séculaire, une aura nouvelle. Loin de se réduire à une enveloppe protectrice, redoublant l’enveloppe corporelle, le drapé suggère par la complexité des plis apparents, l’enchevêtrement des articulations internes, le réseau veineux, les flux sanguins, en un mot, ce qui participe d’un élan vital.

Démosthène, copie d'après Polyeuctos, Silhouette masculine Rick Owens, P/E 2017, Collage silhouette Rick Owens, et visage de Démosthène. Crédits : Vogue.com, Musée du Vatican et collage personnel

Démosthène, copie d’après Polyeuctos, Silhouette masculine Rick Owens, P/E 2017, Collage silhouette Rick Owens, et visage de Démosthène.
Crédits : Vogue.com, Musée du Vatican et collage personnel

  • Le drapé et le souple chez Céline

Intéressons-nous en dernier lieu aux récentes collections proposées par Céline, qui constituent, en somme un cas-limite de notre étude.

Certaines créations empruntent assurément quelques traits caractéristiques du drapé, mais de façon estompée ou déconstruite. Soit, c’est un pan flottant, qui par ses torsades rappelle le drapé, ou encore un discret renflement de la matière qui bouscule la ligne générale de la silhouette, ou encore le tissu qui se replie sur lui-même en une spire dense, dont jaillirait le reste du vêtement.

Évocation libre du drapé, la silhouette Céline insiste néanmoins sur les ressources et les potentialités créatrices du vêtement souple et ample, démultipliant les formes et la structure de la matière. Ainsi le vêtement n’est pas un objet à la forme définie et définitive, mais s’invente sans cesse au gré des mouvements du corps qui magnifient les effets de matière par la vigueur des plis.

Le drapé, du vêtement à l’enchevêtrement de lignes : un geste à l’œuvre

L’analyse des trois cas précédents permet de repérer quelques caractéristiques fondamentales du drapé, parmi lesquelles, retenons l’abondance de la matière, sa mise à l’épreuve par un jeu de torsions et de plis, son ampleur, sa souplesse.

Le propre du vêtement souple est sa plasticité, c’est-à-dire sa variété intrinsèque, révélée sur le tissu de façon graphique, par un enchevêtrement de lignes qui strient le corps. Un drapé ou un vêtement souple n’est donc pas uniquement un habit, mais un processus opérant sur le corps, l’alliance de plusieurs éléments – étoffe, corps et geste – qui interagissent et se répondent. Et c’est précisément cette nouveauté perpétuelle, ce que Yvonne Deslandres nommait la créativité du drapé qui le rend fascinant, comme le met subtilement en exergue cet extrait d’un ouvrage du philosophe Edmund Burke.

L’ouvrage de Burke, Recherche philosophique sur l’origine de nos idées du sublime et du beau, n’a pas pour objet le drapé, néanmoins dans cet extrait, il isole un critère de la beauté, qui correspond en tout point avec l’effet du drapé que nous tentons de définir. Qu’est-ce que la beauté pour Burke ?

 » Observons ce qu’on peut tenir pour la plus grande beauté d’une belle femme, je veux dire la gorge et le sein : cette surface lisse et moelleuse, ce renflement aisé et insensible, cette variété qui exclut l’identité même dans l’espace le plus infime, ce dédale trompeur où l’œil s’égare, incertain, pris de vertige, ne sachant où se fixer et jusqu’où il est entraîné. N’est-ce pas là une manifestation de ce changement de surface continuel, et qu’on ne saurait percevoir en aucun point, qui est un des premiers éléments de la beauté ? »

Burke, Recherche Philosophique sur l’origine de nos idées du sublime et du beau (1757). Editions Vrin, Paris, 1998 (réed.), Partie III, Section XV Du sublime et du beau.

Quel est le critère de la beauté selon Burke ? La beauté n’est pas un ensemble organisé par des proportions harmonieuses et fixes. La beauté est une beauté libre au sens où elle est mouvement, déviation continuelle, variation progressive à l’image des plis du drapé dont le remous perpétuel se fait et se défait à l’envie. Sans cesse changeant, le drapé à l’instar de la gorge féminine de Burke, attire irrésistiblement l’œil, lui donnant à contempler un spectacle toujours neuf.

Cette idée rejoint assurément la description de la technique même du drapé, que donnent certains manuels de modélisme : chose assez curieuse, le drapé est souvent décrit en des termes qui relèvent davantage du hasard que d’une technique aguerrie, ce dont il relève par ailleurs. La mention de l’aléatoire, c’est-à-dire l’absence de prédétermination, inscrit le drapé dans le champ de l’incertain, à l’inverse d’autres types de plis, tels les plis soleil, cascade, ou le plissé caractérisés par leur immuabilité. Le drapé doit en quelque sorte simuler le naturel, comme si la volonté créatrice n’était pas le fait d’une intervention extérieure, mais avait pour origine le corps lui-même dissimulé sous la matière.

Conclusion

Nous nous interrogions au début de cette présentation sur le type de silhouette proposée par le drapé, ainsi que sur la conception sous-jacente du corps.

À l’inverse d’une silhouette ajustée, athlétique, révélant un corps fuselé comme en témoigne l’essor d’un vestiaire sportif, tendance parallèle à celle de l’ampleur et de la souplesse, le drapé ne se situe pas du côté d’une révélation des détails du corps. Le corps est davantage au service du vêtement en ce qu’il en est d’une certaine manière sa cause. Variété progressive, le drapé conserve dans l’étoffe la trace d’un geste corporel à l’œuvre.

Vous pouvez retrouver l’enregistrement de cette conférence sur le site de l’IFM :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *