Du coup de griffe au fétiche : quelques réflexions sur la magie de la haute couture

Si une épithète qualifie par excellence la haute couture, c’est bien celle de somptueux [1], articulant la dimension esthétique du vêtement, sa beauté, sa qualité, et son luxe, au sens où il engage de grandes dépenses. Furetière ajoute par ailleurs, que c’est la combinaison de ces deux éléments qui est à l’origine de cette forte impression que peut causer une belle mise, un bel équipage, un habit raffiné [2]. La haute couture de par son origine même en est l’illustration exemplaire. Destinée aux grandes fortunes et aux élégantes, à son firmament dans les années cinquante, elle est synonyme de distinction et de privilèges, mais aussi du point de vue créatif, le terrain d’une liberté sans pareille. L’instauration de cette réunion de couturiers dont l’appellation remonte à 1880 [3] met en exergue la volonté de rassembler des talents et de protéger de la copie intempestive, les modèles originaux. La haute couture, un manifeste avant l’heure de la liberté de création et de la propriété intellectuelle et artistique.

us vogue 09 1967 haute couture sue_murray_balenciaga_3 3

us vogue 09 1967 haute couture sue_murray_balenciaga_3 2

Robe Balenciaga Haute couture 1967. Profil et face Crédits : Vogue US

On reconnaîtra toutefois que la raison d’être d’une telle fédération dépasse la seule constitution d’un panthéon de couturiers. La fédération de haute couture, avant de faire valoir un bel objet, promulgue et encourage l’excellence d’un savoir-faire, de l’élaboration à la production vestimentaires strictement règlementées. Aussi, la dépense somptuaire engagée par l’acquisition de tels modèles ne peut se comprendre qu’à l’aune d’une autre dépense, humaine cette fois : l’engagement viscéral de ces petites mains, qui fourmillent partout sur l’étoffe dans cette ruche affairée qu’est l’atelier. Comme enchantées, elles font naître des parures splendides, repoussant sans cesse les limites de l’ornementation, les possibilités de création qu’offrent les tissus et les matières nouvelles.

Dans ce contexte, l’invitation lancée au créateur géorgien Demna Gvasalia, relève d’un pari osé ou plonge dans une obscure perplexité, c’est selon.

La collection de juillet dernier de Demna Gvasalia, mêlant pièces masculines et féminines s’éloigne en tout point de la notion commune de la haute couture rapidement esquissée, et c’est peu de le dire. S’agit-il d’une énième tentative de bousculer une institution jugée poussiéreuse par un défilé qui en marge du calendrier est une critique ouverte comme ces corrections qu’apporte un éditeur en marge du texte ? La critique comme une performance, c’est assurément dans cette veine que s’inscrit le défilé Vetements, en ignorant résolument les canons de la haute couture. C’est moins la recherche du beau, au sens classique du terme (harmonie des proportions, richesse des matières) ni l’élégance racée ou théâtrale qui conquiert le regard. La collection prend ouvertement le parti de la simplicité, aux antipodes du somptueux et du rêve. Elle apparaît davantage comme une interprétation libre de l’ordinaire, brouillant peut-être encore davantage les frontières entre la haute couture et la confection, troublant l’identité de la première.

brioni_jpg_6465_north_499x_white

Silhouette Vetements – Costume Brioni Crédits : Vogue.com

Alors que s’efface progressivement la distinction entre la haute couture et le prêt à porter comme le remarquait Sarah Harris dans le Vogue britannique [4], faisant émerger le phénomène hybride de demi-couture, quelle peut-être l’identité de cette industrie, de ce savoir-faire, tiraillé entre la préservation d’un patrimoine et le besoin d’attractivité ?

Silhouette Vetements, Cuissardes Manolo Blahnik Crédits : Vogue.com

Pour certains, la haute couture est un laboratoire de réflexion, d’expérimentation, à l’instar de la couturière Iris Van Herpen, mais dans le cas de Demna Gvasalia, sa collection fait un gros-plan sur ce qui agite le phénomène de mode de façon plus général. La collection est expérimentale, non pas en ce qu’elle intègre de nouvelles technologies, des matières innovantes ou qu’elle croise le design. La collection est expérimentale en ce qu’elle inverse les codes de la haute couture, elle délaisse « la griffe » pour reprendre l’expression fameuse de Bourdieu [5]. Par l’appropriation de modèles iconiques et de vêtements populaires, dans les deux sens du terme, (de grande diffusion et succès commerciaux), Gvasalia consacre le règne de l’objet, sublimation du quotidien par opposition à l’aura magique du couturier. Ses modèles Church’s, Carhartt, le survêtement Champion ou Reebook sont une reconnaissance explicite de cette nouvelle valeur de l’objet, que l’on convoite, que l’on possède, que l’on vénère, tel un fétiche.

Accessoire Vetements - Dc. Martens

Accessoire accompagnant le défilé Vetements. Dr. Martens « Border line » Crédits : Vogue.com

[1] Sur la notion de somptueux, on consultera avec profit l’ouvrage de Quentin Bell, On human finery (1947), disponible en français sous le titre Mode et sociétés, PUF, 1992
[2] Dictionnaire de Furetière (1690), article « somptueux »
[3] Sur l’histoire de la haute-couture, je renvoie à la brève présentation qu’en propose Françoise Tétart-Vittu, au début du catalogue Paris Haute-Couture, Editions Flammarion, 2012
[4] Sarah Harris, « Escape Artists », British Vogue, July 2016
[5] Pierre Bourdieu, Yvette Delsaut, Le couturier et sa griffe : contribution à une théorie de la magie, Actes de la Recherche en sciences sociales, n°1, janvier 1975


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *