De la féminité absolue au féminin excentrique : l’usage ironique du drapé chez Céline

La collection Printemps/Eté 2017 de la maison Céline brille par l’éclectisme de ses silhouettes : costume masculin, robe de cocktail, robes longues plus décontractées (maxi dress) abordées selon différentes techniques : l’art de la superposition, du non-fini, le contraste chromatique, le jeu sur les volumes. Il en ressort une impression tourbillonnante, liée à la multiplication des propositions stylistiques, accentuée par la vertigineuse chorégraphie des mannequins dont les trajectoires dans l’installation qui sert de décor, miment la collision, le heurt.

Jeu de superposition, Céline P/E 2017. Crédits : Another Magazine

Le drapé apparaît à deux reprises, deux robes combinées avec une cape en jersey, proposées dans plusieurs couleurs différentes : un jaune pâle, coquille d’œuf, un rose extravagant qui n’est pas sans rappeler certaines sucreries industrielles. Chose remarquable, cette pièce d’exception a clos le défilé et a suscité un réel engouement médiatique, que ne sauraient démentir ses multiples apparitions dans les séries de mode des magazines[1]. Plus étonnant peut-être, la signification du retour du drapé chez Céline, tant cette technique dévie de la grammaire stylistique adoptée habituellement par Phoebe Philo[2] ; et de façon générale, diffère des propositions actuelles des créateurs s’éloignant en tout point d’une féminité premier degré par le privilège accordé à la simplicité des coupes[3].

Défilé Céline P/E 2017, Silhouette 17. Crédits : Vogue.com

Défilé P/E 2017, Silhouette 42. Crédits : Vogue.com

 

 

 

 

 

 

 

Or le drapé prend le contrepied du vestiaire contemporain en rétablissant une silhouette d’une grande sophistication (liée au jeu de plis), à l’ampleur très travaillée, qui ne peut manquer de rappeler ses illustres origines : la haute couture naturellement et pour ne rien enlever au prestige de ce portrait de famille, l’image de la Grèce Ancienne elle-même[4] réinvestie dans une parure du soir, paragone même de la féminité. En définitive, difficile de qualifier la présence pour ne pas dire l’irruption intempestive d’une telle technique, oscillant entre hommage et parodie, brouillant encore davantage l’unité du défilé.

Installation de Dan Graham, Paris, octobre 2016

L’analyse de l’œuvre de l’artiste Dan Graham peut nous orienter dans cette collection. Les grands panneaux de verre au milieu desquels déambulent les mannequins ont une double-fonction :

  • une fonction réfléchissante : le spectateur voit par le verre son propre reflet qui se superpose à la silhouette du mannequin.
  • une fonction réfractive : ou du moins analogiquement. Par l’effet de transparence, le spectateur est en mesure de saisir la totalité des silhouettes présentes sur le plateau.

Une telle installation est emblématique des principes de l’esthétique de Dan Graham, soit d’une mise en abyme de l’expérience du spectateur[5], ou d’une pratique que l’on peut qualifier d’immersive (le spectateur n’est pas extérieur à l’œuvre, mais est toujours impliqué, il participe à l’œuvre.)

Réflexion et Réfraction, donc. Sur et de la femme ? Sur ce que veulent porter les femmes ? Si l’une des qualités de Phoebe Philo fréquemment mise en exergue par les journalistes, relève bien d’une capacité à transcender les normes du bon et du mauvais goût, de la beauté et de la laideur, elle déplace sensiblement l’acception même de la féminité, en ce qu’elle révoque en doute toute possibilité de la définir de façon définitive, et toute volonté de gloser à son sujet. Aussi ne faudrait-il pas se méprendre sur la variété des silhouettes proposées, qui ne correspond pas à une pluralité de rôles endossés par la femme, qu’elle joue immanquablement sur la scène urbaine[6]. Affubler la femme de la polyvalence reconduit l’injonction de la performance ou de la perfection contraignante, mais n’en déplaisent à certains, éloigne d’une liberté fondamentale.

Cette liberté est celle du féminin, par opposition à la détermination de la féminité[7]. Le féminin tel que le déroule la collection s’éloigne de l’impératif pour aborder les rivages de l’indétermination, c’est-à-dire du choix. En témoignent quelques indices dispersés ça et là, dans le jeu de superposition, d’assemblages grinçants de couleurs, ou parfois frisant le grotesque (notamment l’association de chaussures de couleurs différentes). Dans ce contexte, l’irruption du drapé est l’apax de ces miscellanées stylistiques, non comme redécouverte d’une féminité littérale – le retour du solennel après la vague récréative de rencontres improbables d’étoffes et d’accessoires – mais épanouissement d’un jeu que l’on pourrait qualifier d’ironique engageant le rapport au vêtement. Ironie veut dire ici lucidité comme le soutenait Jankélévitch[8]. L’installation spéculaire de Dan Graham renvoyant aussi à cette relation singulière que nous entretenons avec ce que nous portons, c’est-à-dire au pouvoir introspectif du vêtement.

Drapé rose – Gros plan. Crédits : Another Magazine

L’introduction du drapé suggère un jeu sur la féminité la plus exacerbée, et le rose saturé révèle ici la puissance du jeu. L’excès de stéréotypes renforce l’envie pure de jouer avec ce que l’on est, de défaire les attentes en multipliant les signes trop évidents de ce que l’on cherche à éviter. Défaire les stéréotypes en les multipliant donc, en en proposant une vision excessive.

Le drapé a l’audace d’une fausse note franchement appuyée, d’une incohérence affirmée, affichée, dont on se fiche éperdument de rendre compte

Notes

[1] à en suivre les différents compte-rendus des défilés, la campagne de publicité de la marque, les séries modes réalisées dans les magazines introduisant les différentes pièces de la saison)

[2] À tort ou à raison, associée avec le promotion du minimalisme

[3] Voir les propositions de Victoria Beckham, Stella McCartney, The Row

[4] Sur cette influence de la Grèce Ancienne, voir le catalogue d’exposition du MET, Goddess, Yale University Press, 2003


[5] Voir l’œuvre Public Space/Two Audiences 1976. 


[6] Compte-rendu de Sarah Mowers pour le Vogue US, disponible en ligne


[7] Sur cette distinction voir Gilles Lipovetsky, La troisième femme, Permanence et révolution du féminin, Paris, Folio/Essais, Gallimard, 1997. En particulier, p. 292 : « Tout, dans l’existence féminine, est devenu choix, objet d’interrogation et d’arbitrage ; (…) les voici, au même titre que les hommes, livrées à l’impératif moderne de définir et d’inventer de part en part leur propre vie. »

[8] Vladimir Jankélévitch, L’ironie Paris, Flammarion, 1964

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *