Savoir-faire textile : l’esthétique du drapé

Notre étude prend pour objet philosophique le vêtement. Nous faisons l’hypothèse que cet objet quotidien relevant de la culture matérielle ne peut se réduire à cette réalité. Que ce soit du point de vue de sa conception, de sa fabrication, de son port ou de son expérience, voire de sa représentation, le vêtement rassemble plusieurs paramètres qui débordent sa simple appréhension textile. Aussi, nous supposons que le vêtement est un événement dont ce travail cherchera à définir les modalités. Or pour ce faire, il nous fallait trouver une réalité dont la spécificité était de lier étroitement plusieurs paramètres constitutifs du vêtement. Le drapé répond à cette exigence et dresser une typologie de ses différentes figures permet d’appréhender la singularité de l’agencement des éléments constitutifs de l’événement-vêtement.

Le drapé est un type de vêtement, ample, dont la particularité est de dessiner un ensemble de plis formés par l’étoffe dès lors qu’il est porté. Le drapé se signale par certains effets particuliers, un plissé et l’effet de valoir pour forme vestimentaire, certes, éminemment plastique et fuyante. C’est au costume grec, antique ou du moins à sa représentation portée par l’imaginaire collectif que l’on se réfère, toge ou péplum mais également au sari, à certaines tuniques, soit à toute étoffe qui ferait du corps un tuteur, vital à sa constitution. Comme type de vêtement, le drapé se distingue donc du vêtement coupé, en tant que sa forme n’est révélée que postérieurement à sa fabrication. Si l’essentiel de la coupe ou du genre « vêtement coupé » repose dans la précision du dessin, la juste traduction proposée par le modélisme et l’opération de patronage, la constitution du drapé revient à la nature de la matière, de l’étoffe employée, de son poids ou de sa fluidité comme source potentielle de pli.

Type de vêtement, au sens de forme vestimentaire, le drapé tiré son origine de l’étoffe éponyme, le drap ou draperie qui engage une procédure spécifique, soit une transformation des fibres de laine, épaissies, durcies, par l’opération du foulage, dont l’accomplissement permet l’obtention d’une matière feutrée plus rigide. Le drapé est donc un type de vêtement fondé sur une préparation textile propre.

A ce type d’étoffe et à l’effet qu’il produit, le pli, vient s’adjoindre une technique, dénommée « draper » qui fait signe vers un geste : celui de disposer l’étoffe sur un corps ou un objet. Dans son sens le plus ordinaire, draper est un synonyme d’habiller, ou de revêtir, soit de porter l’étoffe; mais en son sens plus précis, draper désigne le geste de voilement, de recouvrement par l’étoffe, encore celui de l’enveloppement, dont la manifestation la plus accrue est la présence du pli. Cette dialectique du drapé et du pli prend sens dans de nombreux domaines, où le geste même du drapé est revendiqué comme pratique artistique ou décorative (pratique des tentures, des rideaux, rideau de théâtre) Mais c’est dans le cadre vestimentaire que la technique du drapé trouve toute sa pertinence ; en tant qu’elle met un œuvre un duel entre l’étoffe et un support mouvant : le drapé face au corps. Aussi la technique du drapé, de par son inconsistance formelle initiale est confrontée à un enjeu décisif que l’on peut formuler ainsi : que veut dire habiller le mouvement ? La technique du drapé dans sa réalisation effective vise donc un problème de structure, la conception d’une structure dynamique révélée par un support en mouvement qu’est le corps.

Etoffe dévoilée par son effet de pli, technique définie par sa nécessité de composer avec un support de résistance comme origine du pli, le drapé est en dernier lieu, dans le champ de la représentation, un motif particulier : celui du drapé ou de la draperie, omniprésent dans la peinture et la sculpture. Motif virtuose, passage obligé dans l’accomplissement d’une trajectoire d’artiste, le drapé représenté convertit la dialectique du drapé et du pli en effet de profondeur, ancré dans le jeu puissant du clair-obscur, de l’ombre et de la lumière. Motif pictural ou statuaire, le drapé est également le nerf de l’effet de réel, l’indice de la présence du corps comme chair à voiler ou à suggérer. Et c’est à ce titre que son traitement dans la peinture ou la sculpture accomplit ce que l’on pourrait nommer un paradoxe : rendre le mouvement en le figeant. Aussi la représentation du drapé, par l’introduction de lignes de force ou de tensions fondamentales sur la toile ou dans la pierre, confère au vêtement une nouvelle force, et une préséance sur le corps dont il est le signe : le drapé retient dans ses fibres, la puissance de ce que peut un corps.

A partir de cette première esquisse des figures du drapé, une question semble émerger, que ce soit dans le domaine vestimentaire, pictural et sculptural, mais plus largement dès que la technique du drapé est impliquée : comment le travail de la matière rend-il sa présence au mouvement ?

Si le travail de la matière concerne en premier lieu la constitution du vêtement, il se prolonge dans le port du vêtement lui-même. Aussi, la première dialectique confrontant mouvement et pétrification de la matière se voit doubler d’une seconde dialectique, liée cette fois au corps.
En prenant en charge et en intensifiant la puissance du corps, son mouvement, son énergie cinétique, le drapé par la force du pli n’est plus un simple prolongement textile d’un substrat corporel. Contrairement à la thèse communément admise, telle que « le vêtement tire son être du corps1 », nous prenons ce qui tient lieu d’axiome à rebours, et faisons l’hypothèse suivante : le vêtement est dans une certaine mesure négation du corps, négation non pas comme simple voilement ou masque du corps, mais au sens de substitution. Le drapé en tant que mise en œuvre de l’enveloppement est le catalyseur de cette métastase du corps. Commenter cette opération du drapé, c’est d’embler nuancer ce renversement des entretiens du vêtement et du corps. Nié, le corps n’en est pas moins supposé au moins comme absent. Aussi, c’est en décrivant l’opération et la mise en œuvre de la constitution d’un drapé dans le champ vestimentaire comme technique que peut émerger ce statut du vêtement comme travail à la disparition du corps. Ce faisant, nous nous inscrivons dans un questionnement soulevé par Frédéric Monneyron à l’issue d’un colloque sur le vêtement2, soit l’élaboration d’une théorie du vêtement, mais plus largement, d’un point de vue esthétique, sur les enjeux d’une représentation du vêtement, de son exposition, ne serait-ce que muséographique, qui implique un regard nouveau porté sur cet objet, cette forme textile, dont la visibilité nouvelle marque le passage d’un objet de curiosité à un objet de réflexion.

(1) Il s’agit d’une thèse sur le vêtement comme parure ou comme pur ornement du corps, formulée par exemple dans le Gorgias de Platon sur le vêtement comme flatterie ou cosmétique, mais encore chez Kant dans la Critique de la Faculté de Juger au §14 de l’Analytique du beau, comme ornement ou cadre du corps (parergon).

(2) Le vêtement, Actes du Colloque de Cerisy, Frédéric Monneyron (dir.), l’Harmattan, 2001, pp. 263-265

 

  1. 1 []
  2. 2 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *