« The Voyage out »

« A voyage out » comme l’évoquait avec tant de justesse Virginia Woolf dans son roman éponyme est un voyage hors de quelque chose, c’est un voyage qui vise à se déprendre d’une terre trop connue, trop foulée ou visitée. Dans le cas de la Maison Louis Vuitton, ce « voyage out », est un voyage hors du voyage lui-même, ou plus exactement, hors de l’art du voyage (« the art of travel ») dont la maison se prévalait, notamment dans les campagnes héritage de la marque. Successivement, elle s’est ainsi faite l’emblème du voyage, le réceptacle de « l’âme du voyage », elle a incarné l’esprit du voyage, etc.[1] Cette hésitation entre diverses dénominations illustre la difficulté que génère tout effort d’ordonnancement et de synthèse, en particulier dans l’unification de différentes facettes d’une image de marque, de la griffe initiale, historique à son interprétation contemporaine. Jusqu’à présent, la stratégie de la marque était celle d’une juxtaposition des savoir-faire, mis en scène dans des compositions variées, lors de campagnes publicitaires imposantes. La dernière en date « The Spirit of Travel » est la pierre d’achoppement de ce système, qui pêche par excès d’artificialité, notamment dans le traitement esthétique de la nature. Autrefois symbole du voyage et de l’exploration, elle est devenue un simple arrière-fond, éloignée de la silhouette et des articles de maroquinerie. La thématique du voyage n’est plus qu’un prétexte, au mieux un décor exotique magnifiant les parures.

T-DP5

The Spirit of Travel, Campagne Eté 2015

En somme, c’est le Prêt à porter sous la houlette de Nicolas Ghesquière, qui est à l’initiative d’un changement de paradigme pourrait-on dire. A lire les dernières revues de presse, on ne retient du défilé proposé au début du mois d’octobre, non pas un thème lié au voyage, ni même une mise en scène le rappelant ; au contraire, c’est une atmosphère qui émanait de la Fondation Vuitton que l’on captait, élément invisible du voyage, mais néanmoins palpable : une énergie[2]. Une énergie, c’est-à-dire une sensation de force qui se dégageait de la puissante alchimie entre le vêtement et le corps. Plus encore de la synergie entre le décor animé, comme un écho aux imprimés des silhouettes. Tout cela créé un puissant réseau et transforme la nature du voyage. Comme Ghesquière le confessait dans la dernière livraison du supplément de l’Express qui lui est consacrée[3], le voyage serait comme un espace entre le monde virtuel et le monde réel, où le réel serait tout à la fois l’environnement extérieur et le paysage intérieur et le virtuel, l’ensemble des projections, des représentations, bref, tout se qui gravite inlassablement autour de notre être, impression renforcée par la conquête des territoires numériques.

_AG12614

Ambiance du défilé Printemps-Eté 2016

Les imprimés choisis appellent un dernier commentaire. Ces imprimés et les formes vestimentaires qu’ils ornent rappellent l’univers des motards, mais surtout de la route, impression confirmée par le jeu de trainée lumineuses projetées sur les écrans constituant le décor. Ces lignes colorées, c’est celles qui émanent de sources lumineuses, non pas lorsque nous les contemplons à l’arrêt, mais lorsque nous nous déplaçons, en voiture, à moto, bref dans un moyen de transport, de locomotion, où la vitesse suffisamment importante floute le contour des choses et les mêle dans une continuité fascinante.

Si voyage il y a, ce n’est donc plus au sens d’une destination à atteindre, ou d’un lointain rêvé comme le suggérait encore les dernières campagnes, mais au contraire c’est le déplacement, le mouvement qui compte. L’énergie comme résultat de la vitesse.

Or de cela, on ne peut prétendre en faire un art, tout au plus une expérience.

[1] Cf. Les différentes campagnes héritages de la marque, successivement The Art of Travel, l’âme du voyage et « The Spirit of Travel », visibles sur le site officiel Louis Vuitton: http://fr.louisvuitton.com/static/content/dam/lv/online/animation/allcountry/Collections/leathergoods/Women_LG_Spirit_Of_Travel_2015.html/jcr:content/assets/images/slides/landscape/T-DP5.jpg

[2]http://www.tendances-de-mode.com/2015/10/08/3470-fashion-week-de-paris-printemps-ete-2016

[3]Styles,http://www.lexpress.fr/styles/mode/nicolas-ghesquiere-on-m-a-plaque-une-etiquette-de-createur-confidentiel_1725167.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *