Habit et Habitat : l’architecture vestimentaire

La dernière collection croisière de la Maison Louis Vuitton s’est déroulée le 7 mai 2015 en Californie, plus précisément à Palm Springs dans un cadre tout à fait singulier, la propriété de Bob et Dolorès Hope. Dessinée et construite par l’architecte John Lautner, la maison alterne formes circulaires des ouvertures, volumes à l’image de cratères, lignes serpentines cassées par des parois gigantesques en béton rythmant la circulation. L’impression d’espace est infinie. Comme à l’accoutumée, l’architecture tient le rôle de décor, aussi dépaysant et innovant soit-il. Pourtant l’intérêt de ce défilé ne réside pas dans la proposition d’une nouvelle variation sur le thème de l’évasion mais dans une interrogation réaffirmée sur les techniques et le savoir-faire d’un créateur de vêtement. A ce titre, ce défilé amorce une nouvelle étape dans le prêt à porter Vuitton, le traitement de la référence architecturale pouvant en constituer l’origine. L’espace architectural n’est ainsi pas un simple cadre mais peut-être une inspiration supplémentaire voire un plan de lecture du vêtement, troublant les frontières entre habit et habitat.

Villa Hope par John Lautner Crédits : Editions Phaidon

Villa Hope par John Lautner
Crédits : Editions Phaidon

Nous ne revenons pas sur le rapport initial entre architecture et vêtement, où l’architecture demeure extérieure au vêtement, en sa qualité de décor, mais nous nous intéressons plus particulièrement à leur éventuelle collusion, soit aux signes de l’architecture au sein même du vêtement. Cette présence architecturale peut se comprendre selon deux modalités, la première superficielle, à titre de motif ; la seconde ayant trait à la conception même du vêtement, à sa construction.

Revenons pour ce faire à la définition de l’architecture. La pratique architecturale peut se comprendre comme un assemblage, assemblage de matériaux plus ou moins hétérogènes, ce qu’elle partage assurément avec l’élaboration d’une silhouette. Cette affinité entre le corps et l’architecture constitue l’une des images fondatrices de toute théorie de la discipline comme l’affirme l’un de ses éminents représentants, Alberti dans son Art d’édifier : tout édifice est un corps[1]. Et la silhouette Vuitton d’évoquer subtilement les différents éléments de l’édification, des ouvertures au toit, notamment dans le cas de la silhouette 5 où un boléro de petits disques en cuir vient se greffer à une robe longue et fluide, transposition ingénieuse de la superposition des tuiles en terre cuite.

Cruise LV 2016 Crédits : Style.com

Cruise LV 2016
Crédits : Style.com

Outre ce rapport homologique, presque anecdotique, se tisse un rapport plus profond entre architecture et vêtement. Si l’architecture est assemblage, la clé de voûte de la pratique demeure la liaison[2], le liant des différents matériaux, ce qu’Alberti nomme l’os de l’architecture[3].

Nicolas Ghesquière en donne une interprétation étonnante, l’ossature des premières silhouettes tient à une ceinture croisée sur l’abdomen. La ceinture perd sa fonction initiale, celle d’enserrer la tailler pour constituer une nouvelle attache entre haut et bas de la silhouette, une jointure. Cette nouvelle articulation n’est pas sans rappeler la fonction des axes ou des arcs boutants dans l’architecture de Lautner, moyen de percées spectaculaires sur la nature environnante. Lautner le disait lui-même, « je n’ai jamais dessiné de façade de ma vie[4]. », le propre de l’édification repose sur un mouvement de l’intérieur vers l’extérieur, un travail de l’ossature en somme, que Ghesquière reprend à son compte, assurément.

Crédits : Louis Vuitton

Lookbook Cruise 2016 Crédits : Louis Vuitton

[1] Leon Battista Alberti, L’Art d’édifier (1485), traduction et présentation Pierre Caye et Françoise Choay, Editions du Seuil, Paris, 2004, p.51 : « De fait, j’ai remarqué qu’un édifice est une sorte de corps qui, comme les autres corps consiste en linéaments et en matière. »

[2] Op.cit. p.139 : Tout le principe de la construction tient et se résume en une seule chose : réunir avec ordre et assembler avec art de nombreux matériaux – pierre de taille, moellons, bois ou ce que tu voudras d’autre -, afin d’en tirer une construction solide et, autant que possible, entière et bien liée » (nous soulignons)

[3] Op.cit. p. 151 : « On compte aussi, parmi les parties principales, et même les plus importantes (…) tout ce qui joue le rôle de colonne pour soutenir les axes ou les poutres : ils entrent tous sous la dénomination d’ « os ». »

[4] Entretien avec John Lautner (non publié), cité par Barbara-Ann Campbell-Lange, in Lautner, éditons Taschen, 2005 (édition réactualisée)

L’ensemble du défilé Vuitton est visible à l’adresse suivante : http://www.style.com/fashion-shows/resort-2016/louis-vuitton

« Sous le jupon, l’air libre » : linge et corps au XVIIIe siècle

Cet article initie un premier cycle de réflexion sur le vêtement et le drapé à partir de sources littéraires. Nous nous intéresserons en particulier au statut du linge, étoffe intermédiaire, voile de l’intime, draperie pudique à partir de textes de Diderot.

« Sous le jupon, l’air libre, sous la culotte, les armes prêtes.[1] », Daniel Roche résume ainsi dans son ouvrage, La culture des apparences, l’absence de dessous, de lingerie adaptée à recouvrir chaque sexe. A l’aube de la Révolution, les vrais dessous, caleçons et culottes sont rares, y compris dans les garde-robes aristocratiques. Aucune prescription médicale ni morale n’en oblige le port, bien au contraire certains verraient là une nouvelle démonstration d’impudeur et de fantaisie si la Mode venait à s’éprendre des dessous. La culotte et le caleçon sont donc réservés aux nécessités de la chasse pour les cavaliers et les amazones, à la pudeur des danseuses. Si le développement de la lingerie est encore à ses balbutiements, le XVIIe et le XVIIIe siècles marquent au contraire « l’invention du linge[2] », sa diffusion et son adoption massive.

L’absence de vêtements propres aux parties intimes masculines et féminines témoigne d’une conception spécifique du corps, soit d’une séparation entre surface et profondeur, extériorité parée et intimité dissimulée. C’est au linge qu’il revient d’incarner cette frontière. Nous montrerons ainsi que dans les Bijoux indiscrets de Diderot, le linge acquiert une fonction dramatique: tel le rideau de velours au théâtre, il cache le bijou (3) afin de mettre en scène sa voix.

[1] Daniel Roche, La culture des apparences, Points Seuil, Paris, réed 2007, p.175

[2] Ibid., p.149

(3) Rappelons l’intrigue du court roman de Diderot: ayant obtenu du Génie Cucufa un anneau magique, le sultan Mangogul en fait usage sur les femmes de son royaume, révélant ses propriétés: l’anneau fait parler les femmes, de la coquette à la servante, et surtout leur bijou, qui selon le principe de la syllepse correspond au sexe féminin.