Du coup de griffe au fétiche : quelques réflexions sur la magie de la haute couture

Si une épithète qualifie par excellence la haute couture, c’est bien celle de somptueux [1], articulant la dimension esthétique du vêtement, sa beauté, sa qualité, et son luxe, au sens où il engage de grandes dépenses. Furetière ajoute par ailleurs, que c’est la combinaison de ces deux éléments qui est à l’origine de cette forte impression que peut causer une belle mise, un bel équipage, un habit raffiné [2]. La haute couture de par son origine même en est l’illustration exemplaire. Destinée aux grandes fortunes et aux élégantes, à son firmament dans les années cinquante, elle est synonyme de distinction et de privilèges, mais aussi du point de vue créatif, le terrain d’une liberté sans pareille. L’instauration de cette réunion de couturiers dont l’appellation remonte à 1880 [3] met en exergue la volonté de rassembler des talents et de protéger de la copie intempestive, les modèles originaux. La haute couture, un manifeste avant l’heure de la liberté de création et de la propriété intellectuelle et artistique.

us vogue 09 1967 haute couture sue_murray_balenciaga_3 3

us vogue 09 1967 haute couture sue_murray_balenciaga_3 2

Robe Balenciaga Haute couture 1967. Profil et face Crédits : Vogue US

Lire la suite

Louis Vuitton : La création comme exploration

Mercredi 11 mars, Nicolas Ghesquière a présenté sa seconde collection Automne-Hiver pour Louis Vuitton. Loin d’être une réponse définitive à la quête d’un style, cette collection comme les séries précédentes est avant tout interrogation. L’ouverture de la note d’intention de Ghesquière est à cet égard sans équivoque : « Comment fait-on une collection ? » Le défilé s’offre alors comme une recherche en cours, présentation d’un effort dont ne seraient dévoilés que les prémisses. Effort difficile lorsque l’on sait à quel point le statut du prêt-à-porter chez Louis Vuitton est paradoxal. En effet, le directeur artistique en fonction ne peut se revendiquer d’un patrimoine qu’il s’agirait de vivifier à l’instar des grands noms de l’industrie de la mode mais s’inscrit tout de même dans l’histoire d’une maison centenaire. S’interroger sur l’origine même du processus créatif revêt dès lors toute son importance. Malgré l’absence d’héritage textile, la Maison Louis Vuitton a su se construire sur une idée-force, celle du voyage. Aussi ne sera t-on pas étonné que Ghesquière en fasse sa source principale d’inspiration. Sa collection dit-il est un « voyage multidimensionnel, façonné par les expériences présentes et passées. » Le voyage devient un mode opératoire de création, passage de l’héritage à sa fructification.

00150fullscreen

Louis Vuitton Hiver 2012 Crédit: Style.com

00300fullscreen

Louis Vuitton. Printemps 2011 Crédit : Style.com

Le Voyage. Certes, l’idée n’est pas nouvelle. Marc Jacobs, le prédécesseur de Ghesquière en avait déjà fait sa devise. (cf. collection Automne-hiver 2012-2013) Seulement l’idée du voyage, contrairement à un passé figé est plurielle, mouvante. Et à l’exotisme revendiqué par Marc Jacobs (cf. Louis Vuitton Printemps 2011), Nicolas Ghesquière lui substitue le modèle de l’exploration. C’est l’exploration au sens scientifique du terme qui est convoquée, à l’image des grandes expéditions du XIXe siècle, des campements scientifiques des romans d’anticipation façon René Barjavel, des voyages vers l’inconnu de l’Interstellar de Christopher Nolan comme en témoigne le choix de l’espace de défilé, des tentes géodésiques, au milieu du Jardin d’Acclimatation, devenu pour un instant, un pôle lointain.

017-louis-vuitton

Silhouette 16 Louis Vuitton 2015-2016 Crédit : Style.com

A toute exploration sa découverte : celle du vêtement. Explorer ce n’est certes pas inventer, faire advenir une forme vestimentaire radicalement nouvelle, inconnue, mais c’est bien plutôt mettre au jour des formes et une allure déjà existantes, mais captivantes car jusque-là ignorées ou oubliées. Trois logiques gouvernent la quête de Ghesquière. Explorer signifie tout d’abord épurer ou simplifier, c’est-à-dire retrouver la ligne acérée de certaines formes fondatrices du prêt-à-porter, comme ce caban de la silhouette 16. Rappelons que c’est souvent à l’occasion de ce type d’exploration, d’échanges avec des populations indigènes que se transmettaient de nouvelles formes vestimentaires (L’un des apports de l’expédition de 1905 de Jean-Baptiste Charcot dans le vestiaire occidental est l’anorak) Explorer veut dire se laisser surprendre par une rencontre improbable entre deux matières, deux textures opposées (couture bout à bout du cuir et de la dentelle, veste en cuir capitonné, jeu technologique sur les textures) ou aller à l’encontre du tombé naturel du tissu pour contrarier la maille en un élégant jeu de basques.(cf. Silhouette 5)

Défilé Louis Vuitton 2015-2016 Crédit : Style.com

Silhouette 5 Défilé Louis Vuitton 2015-2016 Crédit : Style.com

Enfin explorer c’est se heurter à l’inconnu quand la nouveauté ne peut encore imprégner directement la fibre textile, elle est représentée, élaborée comme un motif. Motif des bas-fonds sous-marins, de ces lieux obscurs que le Nautilus de Jules Verne aurait pu visiter, motifs de méduses, dont la phosphorescence se fait jacquard.

Défilé Louis Vuitton 2015-2016 Crédit : Style.com

Défilé Louis Vuitton 2015-2016
Crédit : Style.com

Si l’exploration est mode de création, c’est qu’elle repose sur une forme d’intuition. Le dernier défilé Louis Vuitton n’en était pas l’incarnation exhaustive, assurément. Là encore l’intuition de Nicolas Ghesquière ne se capte pas dans l’immédiateté d’une perception mais se déploie patiemment, dans la profondeur des détails, rappelant que tout voyage se définit par sa destination, mais aussi et surtout par sa durée.

Collection Louis Vuitton Automne-Hiver 2015-2016 http://www.style.com/fashion-shows/fall-2015-ready-to-wear/louis-vuitton