Marc Jacobs ou « la lutte pour le style »

Image

Portrait de Marie de Médicis adolescente par Pulzone, rhabillée par Marc Jacobs

 

Remarque en passant. Marc Jacobs propose une collection « non commerciale » (Suzy Menkes, Vogue, Février 2018), en retravaillant les accessoires contraignants de la Renaissance, la fraise, « façon drapé des années 80 ». Montaigne décriait dans les Essais, au chapitre sur les Lois somptuaires, cette vanité inutile venue d’Italie, cette inclination à nourrir « pour cet effet cette corruption et incommodité si apparente » (Montaigne, Essais Chapitre XLIII).

Marc Jacobs bouscule les règles du marché en l’incommodant à son tour par le style, c’est-à-dire en réintroduisant dans le vocabulaire des formes de la mode, des accessoires qui par le passé signifiaient déjà cette distance avec le monde, et en particulier avec l’homo laborans. La fraise ou la « lutte pour le style » (Expression empruntée à Aby Warburg, Mémoire d’habilitation, 1902-1904)

Jacquemus ou le drapé spontané

Début Janvier – Saint-Pétersbourg. Dans les couloirs de l’aéroport, de grands panneaux publicitaires annoncent l’arrivée imminente des nouvelles collections Printemps/Eté au magasin Le Pont rouge, équivalent du Bon marché ou de Liberty London. Parmi les marques réputées et confirmées (Marni, Martin Margiela entre autres), figure bien en évidence Jacquemus, une association suffisamment éloquente qui laisse entrevoir la popularité nouvelle de l’enseigne. Il y a peu encore, les manteaux larges et rigides de ce même créateur, aux coupes peu évidentes se trouvaient esseulés sur un portant du Bon marché, dans le carré des inclassables. Du portant isolé à l’affiche immense, il y a là un changement de dimension, une nouvelle envergure dont il faut prendre la mesure.

La collection Printemps/Eté 2018 apporte quelques éclaircissements. Présentée en septembre dernier au Musée Picasso, elle a pris de court certains journalistes. Et pour cause, Jacquemus révolutionnaire ( ?) édicte son propre calendrier, c’est-à-dire avance délibérément le lancement officiel de la semaine de la mode à Paris et étrenne un lieu qui jusque là ne n’avait jamais servi de décor, si ce n’est d’écrin pour des tableaux. Ce pouvoir inaugural, c’est-à-dire l’instauration de nouvelles règles se retrouve également sur le plan stylistique. L’introduction d’un style plus fluide libère la silhouette des volumes structurés, parfois exagérés du vestiaire hivernal, par la technique maîtresse du drapé. Celui-ci est réinterprété sur les jupes tulipes, les robes déliées, les hauts caraco qui accompagnent des pantalons fins, esprit corsaire. Parachèvement de ce style balnéaire, le bandeau large qui dégage le visage hâlé et les joues rosies ; les larges capelines de paille, qui à elles seules, imitent le soleil. Lire la suite

Le drapé chez Balenciaga : spectaculairement kitsch !

Dernier moment de notre analyse consacrée aux résurgences contemporaines du drapé dans les collections prêt à porter printemps/été 2017. Après l’inspiration antique chez Chanel, le drapé ordinaire comme uniforme chez Céline, voici quelques éléments de réflexion sur l’interprétation kitsch proposée par Demna Gvasalia pour la collection Balenciaga printemps-été 2017.

Lire la suite

De la féminité absolue au féminin excentrique : l’usage ironique du drapé chez Céline

La collection Printemps/Eté 2017 de la maison Céline brille par l’éclectisme de ses silhouettes : costume masculin, robe de cocktail, robes longues plus décontractées (maxi dress) abordées selon différentes techniques : l’art de la superposition, du non-fini, le contraste chromatique, le jeu sur les volumes. Il en ressort une impression tourbillonnante, liée à la multiplication des propositions stylistiques, accentuée par la vertigineuse chorégraphie des mannequins dont les trajectoires dans l’installation qui sert de décor, miment la collision, le heurt.

Jeu de superposition, Céline P/E 2017. Crédits : Another Magazine

Lire la suite

Silhouette & Idéal : la modernité de l’antiquité selon Chanel

La dernière collection croisière Chanel s’établit sur une antithèse féconde, annoncée par le décor du défilé. Dans le ventre du Grand Palais – coupole de verre et de fer – se tient l’architecture de pierre, l’archétype de tout édifice, le temple grec. Cette curieuse rencontre se rejoue au niveau du vestiaire, qui décline autant d’indices rappelant l’antiquité : de la gamme chromatique choisie (terracota, sable, doré, blanc Mykonos), des motifs tirés des vases dichromes, de l’embellissement parfois faussement kitsch des tissus, des techniques (notamment le plissé, le drapé) retravaillés selon les attentes contemporaines du prêt à porter.

Chanel, Décor du défilé croisière, Paris, Mai 2017

Lire la suite