« Sous le jupon, l’air libre » : linge et corps au XVIIIe siècle

Cet article initie un premier cycle de réflexion sur le vêtement et le drapé à partir de sources littéraires. Nous nous intéresserons en particulier au statut du linge, étoffe intermédiaire, voile de l’intime, draperie pudique à partir de textes de Diderot.

« Sous le jupon, l’air libre, sous la culotte, les armes prêtes.[1] », Daniel Roche résume ainsi dans son ouvrage, La culture des apparences, l’absence de dessous, de lingerie adaptée à recouvrir chaque sexe. A l’aube de la Révolution, les vrais dessous, caleçons et culottes sont rares, y compris dans les garde-robes aristocratiques. Aucune prescription médicale ni morale n’en oblige le port, bien au contraire certains verraient là une nouvelle démonstration d’impudeur et de fantaisie si la Mode venait à s’éprendre des dessous. La culotte et le caleçon sont donc réservés aux nécessités de la chasse pour les cavaliers et les amazones, à la pudeur des danseuses. Si le développement de la lingerie est encore à ses balbutiements, le XVIIe et le XVIIIe siècles marquent au contraire « l’invention du linge[2] », sa diffusion et son adoption massive.

L’absence de vêtements propres aux parties intimes masculines et féminines témoigne d’une conception spécifique du corps, soit d’une séparation entre surface et profondeur, extériorité parée et intimité dissimulée. C’est au linge qu’il revient d’incarner cette frontière. Nous montrerons ainsi que dans les Bijoux indiscrets de Diderot, le linge acquiert une fonction dramatique: tel le rideau de velours au théâtre, il cache le bijou (3) afin de mettre en scène sa voix.

[1] Daniel Roche, La culture des apparences, Points Seuil, Paris, réed 2007, p.175

[2] Ibid., p.149

(3) Rappelons l’intrigue du court roman de Diderot: ayant obtenu du Génie Cucufa un anneau magique, le sultan Mangogul en fait usage sur les femmes de son royaume, révélant ses propriétés: l’anneau fait parler les femmes, de la coquette à la servante, et surtout leur bijou, qui selon le principe de la syllepse correspond au sexe féminin.