Du kitsch au néo-kitsch : actualité du mauvais goût dans le monde de la mode

Mis en avant

Résumé de la conférence donnée le 10 octobre 2017 à l’Institut français de la mode

Collage réalisé par nos soins à partir du tableau Lactose Tolerance de Chloé Wise

L’engouement que suscite les œuvres de Jeff Koons, le succès arrogant de Gucci sous l’ère Michele, plus récemment les toiles bariolées et pop de l’artiste Chloé Wise qui figent par la peinture les nouvelles habitudes ou gimmicks de l’époque, le déferlement des logos revisités (Balenciaga, Louis Vuitton, Gucci/Guccy), autant d’éléments qui peuvent se comprendre sous la bannière du kitsch. Le kitsch ou le goût pour l’excès et l’effet touche ainsi notre rapport aux objets par le biais d’une consommation effrénée, aussi bien que nos conduites et nos attitudes, voire notre sensibilité. Pour autant, si ce terme est employé couramment, et notamment par la presse, qui utilise ce prédicat pour désigner toute résurgence d’une culture populaire restylisée et la glorification du mauvais goût, difficile de s’entendre sur son sens précis. Phénomène ambivalent et insaisissable, le kitsch se dérobe à toute définition et réduit toute entreprise de théorisation à une énumération veine. Plutôt que d’en proposer une définition arrêtée, notre communication s’intéressera davantage à esquisser quelques réflexions sur les raisons de la survivance d’un tel phénomène : symptôme de crises des valeurs répétées, le kitsch en est aussi le remède en distillant ça et là par le bariolé et le mignon, des doses de bonheur. Nous nous attacherons dans un premier temps à rappeler ces moments saillants ponctuant l’histoire du kitsch, solidaire des bouleversements de l’industrie et de la valeur de l’art au XIXe siècle, afin de mesurer les évolutions du phénomène et ses différents stades. Puis nous insisterons sur les déclinaisons du kitsch dans la mode, et la transformation d’une esthétique des marges à une tendance appelée à être suivie massivement.

Si le kitsch doit son acte de naissance à la fétichisation de l’objet et à l’engouement bourgeois pour l’accumulation, est-il toujours pertinent d’employer ce terme à l’ère de la dématérialisation de la consommation et de la fluidité des échanges ? Peut-on parler à cet égard d’un néo-kitsch ou d’autres variantes ?

 

Références bibliographiques

  • Adorno, Théodor, Théorie Esthétique (1969), Paris, Klincksieck, 2011
  • Benjamin, Walter, « Kitsch Onirique » (1927), Œuvres II, Paris, Gallimard, 2000
  • Bolton, Andrew and Koda, Harold, Schiaparelli & Prada: impossible conversations. New Haven, Yale University Press. 2012.
  • Charpy, Manuel, « Bibelots. Le monde en miniature » in Sylvain Venayre et Pierre Singaravélou (dir.), Histoire du monde au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2015
  • Charpy, Manuel, Le théâtre des objets. Espaces privés, culture matérielle et identité bourgeoise, Paris, 1830-1914, sous la direction de Jean-Luc Pinol, professeur à l’ENS Lyon, 2010 – Doctorat d’histoire contemporaine de l’Université François Rabelais de Tours. Disponible en ligne.
  • Dorfles, Gilles, Le kitsch, un catalogue raisonné du mauvais goût, préface de Jean Duvignaud, Paris, Editions Complexe, trad. de l’italien par Paul Alexandre, 1978
  • Genin, Christophe, « Devenir Kitsch : un modèle pour nos sociétés », conférence enregistrée dans le cadre du colloque de Cerisy : Le kitsch : définitions, poétiques, valeurs », sous la direction de Franz Johansson et Mathilde Vallespir. https://www.franceculture.fr/conferences/maison-de-la-recherche-en-sciences-humaines/devenir-kitsch-un-modele-pour-nos-societes
  • Genin, Christophe, Kitsch dans l’âme, Paris, Vrin, 2010
  • Moles, Abraham, Psychologie du kitsch. L’art du bonheur, Paris, Denoël, 1976
  • Nofri, Valeria, « The aesthetics of kitsch : from Versace to Prada » : http://www.academia.edu/22928205/The_aesthetics_of_kitsch_from_Versace_to_Prada
  • Olalquiaga, Céleste, Royaume de l’artifice. L’émergence du kitsch au XIXe siècle. Trad. par Gilbert Cohen-Solal et Michèle Veubret, révisée par l’auteur, Fage Editions.
  • Sontag, Susan, « Notes on Camp » (1964), essai tiré du recueil L’œuvre parle, Paris, Christian Bourgois, 2010

« The Voyage out »

« A voyage out » comme l’évoquait avec tant de justesse Virginia Woolf dans son roman éponyme est un voyage hors de quelque chose, c’est un voyage qui vise à se déprendre d’une terre trop connue, trop foulée ou visitée. Dans le cas de la Maison Louis Vuitton, ce « voyage out », est un voyage hors du voyage lui-même, ou plus exactement, hors de l’art du voyage (« the art of travel ») dont la maison se prévalait, notamment dans les campagnes héritage de la marque. Successivement, elle s’est ainsi faite l’emblème du voyage, le réceptacle de « l’âme du voyage », elle a incarné l’esprit du voyage, etc.[1] Cette hésitation entre diverses dénominations illustre la difficulté que génère tout effort d’ordonnancement et de synthèse, en particulier dans l’unification de différentes facettes d’une image de marque, de la griffe initiale, historique à son interprétation contemporaine. Jusqu’à présent, la stratégie de la marque était celle d’une juxtaposition des savoir-faire, mis en scène dans des compositions variées, lors de campagnes publicitaires imposantes. La dernière en date « The Spirit of Travel » est la pierre d’achoppement de ce système, qui pêche par excès d’artificialité, notamment dans le traitement esthétique de la nature. Autrefois symbole du voyage et de l’exploration, elle est devenue un simple arrière-fond, éloignée de la silhouette et des articles de maroquinerie. La thématique du voyage n’est plus qu’un prétexte, au mieux un décor exotique magnifiant les parures.

T-DP5

The Spirit of Travel, Campagne Eté 2015

Lire la suite

Habit et Habitat : l’architecture vestimentaire

La dernière collection croisière de la Maison Louis Vuitton s’est déroulée le 7 mai 2015 en Californie, plus précisément à Palm Springs dans un cadre tout à fait singulier, la propriété de Bob et Dolorès Hope. Dessinée et construite par l’architecte John Lautner, la maison alterne formes circulaires des ouvertures, volumes à l’image de cratères, lignes serpentines cassées par des parois gigantesques en béton rythmant la circulation. L’impression d’espace est infinie. Comme à l’accoutumée, l’architecture tient le rôle de décor, aussi dépaysant et innovant soit-il. Pourtant l’intérêt de ce défilé ne réside pas dans la proposition d’une nouvelle variation sur le thème de l’évasion mais dans une interrogation réaffirmée sur les techniques et le savoir-faire d’un créateur de vêtement. A ce titre, ce défilé amorce une nouvelle étape dans le prêt à porter Vuitton, le traitement de la référence architecturale pouvant en constituer l’origine. L’espace architectural n’est ainsi pas un simple cadre mais peut-être une inspiration supplémentaire voire un plan de lecture du vêtement, troublant les frontières entre habit et habitat.

Villa Hope par John Lautner Crédits : Editions Phaidon

Villa Hope par John Lautner
Crédits : Editions Phaidon

Nous ne revenons pas sur le rapport initial entre architecture et vêtement, où l’architecture demeure extérieure au vêtement, en sa qualité de décor, mais nous nous intéressons plus particulièrement à leur éventuelle collusion, soit aux signes de l’architecture au sein même du vêtement. Cette présence architecturale peut se comprendre selon deux modalités, la première superficielle, à titre de motif ; la seconde ayant trait à la conception même du vêtement, à sa construction.

Revenons pour ce faire à la définition de l’architecture. La pratique architecturale peut se comprendre comme un assemblage, assemblage de matériaux plus ou moins hétérogènes, ce qu’elle partage assurément avec l’élaboration d’une silhouette. Cette affinité entre le corps et l’architecture constitue l’une des images fondatrices de toute théorie de la discipline comme l’affirme l’un de ses éminents représentants, Alberti dans son Art d’édifier : tout édifice est un corps[1]. Et la silhouette Vuitton d’évoquer subtilement les différents éléments de l’édification, des ouvertures au toit, notamment dans le cas de la silhouette 5 où un boléro de petits disques en cuir vient se greffer à une robe longue et fluide, transposition ingénieuse de la superposition des tuiles en terre cuite.

Cruise LV 2016 Crédits : Style.com

Cruise LV 2016
Crédits : Style.com

Outre ce rapport homologique, presque anecdotique, se tisse un rapport plus profond entre architecture et vêtement. Si l’architecture est assemblage, la clé de voûte de la pratique demeure la liaison[2], le liant des différents matériaux, ce qu’Alberti nomme l’os de l’architecture[3].

Nicolas Ghesquière en donne une interprétation étonnante, l’ossature des premières silhouettes tient à une ceinture croisée sur l’abdomen. La ceinture perd sa fonction initiale, celle d’enserrer la tailler pour constituer une nouvelle attache entre haut et bas de la silhouette, une jointure. Cette nouvelle articulation n’est pas sans rappeler la fonction des axes ou des arcs boutants dans l’architecture de Lautner, moyen de percées spectaculaires sur la nature environnante. Lautner le disait lui-même, « je n’ai jamais dessiné de façade de ma vie[4]. », le propre de l’édification repose sur un mouvement de l’intérieur vers l’extérieur, un travail de l’ossature en somme, que Ghesquière reprend à son compte, assurément.

Crédits : Louis Vuitton

Lookbook Cruise 2016 Crédits : Louis Vuitton

[1] Leon Battista Alberti, L’Art d’édifier (1485), traduction et présentation Pierre Caye et Françoise Choay, Editions du Seuil, Paris, 2004, p.51 : « De fait, j’ai remarqué qu’un édifice est une sorte de corps qui, comme les autres corps consiste en linéaments et en matière. »

[2] Op.cit. p.139 : Tout le principe de la construction tient et se résume en une seule chose : réunir avec ordre et assembler avec art de nombreux matériaux – pierre de taille, moellons, bois ou ce que tu voudras d’autre -, afin d’en tirer une construction solide et, autant que possible, entière et bien liée » (nous soulignons)

[3] Op.cit. p. 151 : « On compte aussi, parmi les parties principales, et même les plus importantes (…) tout ce qui joue le rôle de colonne pour soutenir les axes ou les poutres : ils entrent tous sous la dénomination d’ « os ». »

[4] Entretien avec John Lautner (non publié), cité par Barbara-Ann Campbell-Lange, in Lautner, éditons Taschen, 2005 (édition réactualisée)

L’ensemble du défilé Vuitton est visible à l’adresse suivante : http://www.style.com/fashion-shows/resort-2016/louis-vuitton

Louis Vuitton : La création comme exploration

Mercredi 11 mars, Nicolas Ghesquière a présenté sa seconde collection Automne-Hiver pour Louis Vuitton. Loin d’être une réponse définitive à la quête d’un style, cette collection comme les séries précédentes est avant tout interrogation. L’ouverture de la note d’intention de Ghesquière est à cet égard sans équivoque : « Comment fait-on une collection ? » Le défilé s’offre alors comme une recherche en cours, présentation d’un effort dont ne seraient dévoilés que les prémisses. Effort difficile lorsque l’on sait à quel point le statut du prêt-à-porter chez Louis Vuitton est paradoxal. En effet, le directeur artistique en fonction ne peut se revendiquer d’un patrimoine qu’il s’agirait de vivifier à l’instar des grands noms de l’industrie de la mode mais s’inscrit tout de même dans l’histoire d’une maison centenaire. S’interroger sur l’origine même du processus créatif revêt dès lors toute son importance. Malgré l’absence d’héritage textile, la Maison Louis Vuitton a su se construire sur une idée-force, celle du voyage. Aussi ne sera t-on pas étonné que Ghesquière en fasse sa source principale d’inspiration. Sa collection dit-il est un « voyage multidimensionnel, façonné par les expériences présentes et passées. » Le voyage devient un mode opératoire de création, passage de l’héritage à sa fructification.

00150fullscreen

Louis Vuitton Hiver 2012 Crédit: Style.com

00300fullscreen

Louis Vuitton. Printemps 2011 Crédit : Style.com

Le Voyage. Certes, l’idée n’est pas nouvelle. Marc Jacobs, le prédécesseur de Ghesquière en avait déjà fait sa devise. (cf. collection Automne-hiver 2012-2013) Seulement l’idée du voyage, contrairement à un passé figé est plurielle, mouvante. Et à l’exotisme revendiqué par Marc Jacobs (cf. Louis Vuitton Printemps 2011), Nicolas Ghesquière lui substitue le modèle de l’exploration. C’est l’exploration au sens scientifique du terme qui est convoquée, à l’image des grandes expéditions du XIXe siècle, des campements scientifiques des romans d’anticipation façon René Barjavel, des voyages vers l’inconnu de l’Interstellar de Christopher Nolan comme en témoigne le choix de l’espace de défilé, des tentes géodésiques, au milieu du Jardin d’Acclimatation, devenu pour un instant, un pôle lointain.

017-louis-vuitton

Silhouette 16 Louis Vuitton 2015-2016 Crédit : Style.com

A toute exploration sa découverte : celle du vêtement. Explorer ce n’est certes pas inventer, faire advenir une forme vestimentaire radicalement nouvelle, inconnue, mais c’est bien plutôt mettre au jour des formes et une allure déjà existantes, mais captivantes car jusque-là ignorées ou oubliées. Trois logiques gouvernent la quête de Ghesquière. Explorer signifie tout d’abord épurer ou simplifier, c’est-à-dire retrouver la ligne acérée de certaines formes fondatrices du prêt-à-porter, comme ce caban de la silhouette 16. Rappelons que c’est souvent à l’occasion de ce type d’exploration, d’échanges avec des populations indigènes que se transmettaient de nouvelles formes vestimentaires (L’un des apports de l’expédition de 1905 de Jean-Baptiste Charcot dans le vestiaire occidental est l’anorak) Explorer veut dire se laisser surprendre par une rencontre improbable entre deux matières, deux textures opposées (couture bout à bout du cuir et de la dentelle, veste en cuir capitonné, jeu technologique sur les textures) ou aller à l’encontre du tombé naturel du tissu pour contrarier la maille en un élégant jeu de basques.(cf. Silhouette 5)

Défilé Louis Vuitton 2015-2016 Crédit : Style.com

Silhouette 5 Défilé Louis Vuitton 2015-2016 Crédit : Style.com

Enfin explorer c’est se heurter à l’inconnu quand la nouveauté ne peut encore imprégner directement la fibre textile, elle est représentée, élaborée comme un motif. Motif des bas-fonds sous-marins, de ces lieux obscurs que le Nautilus de Jules Verne aurait pu visiter, motifs de méduses, dont la phosphorescence se fait jacquard.

Défilé Louis Vuitton 2015-2016 Crédit : Style.com

Défilé Louis Vuitton 2015-2016
Crédit : Style.com

Si l’exploration est mode de création, c’est qu’elle repose sur une forme d’intuition. Le dernier défilé Louis Vuitton n’en était pas l’incarnation exhaustive, assurément. Là encore l’intuition de Nicolas Ghesquière ne se capte pas dans l’immédiateté d’une perception mais se déploie patiemment, dans la profondeur des détails, rappelant que tout voyage se définit par sa destination, mais aussi et surtout par sa durée.

Collection Louis Vuitton Automne-Hiver 2015-2016 http://www.style.com/fashion-shows/fall-2015-ready-to-wear/louis-vuitton