Le drapé chez Balenciaga : spectaculairement kitsch !

Dernier moment de notre analyse consacrée aux résurgences contemporaines du drapé dans les collections prêt à porter printemps/été 2017. Après l’inspiration antique chez Chanel, le drapé ordinaire comme uniforme chez Céline, voici quelques éléments de réflexion sur l’interprétation kitsch proposée par Demna Gvasalia pour la collection Balenciaga printemps-été 2017.

Demna Gvasalia est adepte de la logique du choc. Comme l’a bien repéré Tim Blanks[1], ce choc est avant tout celui des étoffes, à première vue antinomiques – gazar de soie et élasthanne[2] –, entraînant la silhouette du côté d’un fétichisme de la matière textile, laissant miroiter une érotique du toucher. L’usage des matériaux et leur configuration peuvent être interprétés conjointement dans la perspective d’une efficace de la mise en scène jouant sur le phénomène kitsch, en insistant sur le prolongement entre les deux moments de présentation de la collection : corps et vêtements en mouvement lors du défilé et images statiques lors de la campagne publicitaire parue dans la presse.

Décor du défilé et silhouettes drapées Balenciaga Printemps/Eté 2017. Crédits: Vogue.com. Collage réalisé par nos soins

Acte I. Défilé – Octobre 2016 : Première présentation de la collection. Les silhouettes colorées défilent le long d’une allée bordée de part et d’autre du public, adossé à de longs rideaux immaculés. Décor aseptisé, évoquant tout autant l’univers de la conservation que celui de l’expérimentation. Salle d’archives et laboratoire se confondent. Les drapés ont perdu de leur longueur d’autrefois et sont retaillés en top (effet de modernisation du drapé déjà utilisé par Ghesquière pour la même maison Balenciaga). Cette modernisation est compensée toutefois par la présence de broches anciennes, uniques, modèles originaux de Balenciaga lui-même. Se joue en filigrane, une interprétation de ce qu’est l’authentique, de ce qu’est la copie. Pastels, ces bleus et ces mauves auraient pu provenir d’une toile de Fragonard ou de tout autre peintre du Grand Siècle. Dans ces tonalités acides et contrastées, ils renvoient plutôt aux néo-courtisanes et autres bourgeoises chic et choc des soap operas des années 80. Gvasalia offre un traitement kitsch du drapé en ce qu’il inverse les codes traditionnellement rattachés à la technique : matière exubérante et couleurs tendres, à l’instar des robes célèbres de Charles James sont retravaillées dans une version acide.

De gauche à droite : silhouette drapée AH 2008, Balenciaga par N. Ghesquière. Silhouette drapée PE 2017 Balenciaga par D. Gvasalia. Robes de bal drapées de Charles James, photographie Cecil Beaton, 1958.

Plus encore, cette relecture kitsch s’étend à l’interprétation de l’histoire de la mode elle-même et de sa complexité. Justifiée par la synchronie des événements (1958 est l’année de création de l’élasthanne comme celle de la reconnaissance internationale de la maison Balenciaga), cette association audacieuse célèbre à titre posthume des noces impossibles, la réunion du décorum de la couture avec l’industrie textile pour ne pas dire chimique. Gvasalia fait de cette coïncidence historique une nécessité, infléchissant peut-être le poncif selon lequel la mode ne se nourrit que d’emprunts au passé. Plus que l’économie du recyclage, la mode repose sur une réécriture de son histoire, c’est-à-dire sur le phantasme de ce qu’elle aurait pu être. Ce faisant, Gvasalia hausse l’élasthanne à la hauteur du drapé (et de façon littérale, d’ailleurs par la longueur des cuissardes), et transfère l’aura de la couture sur l’industrie. Cette réversibilité des valeurs (le laid ou le vil devient beau ou appréciable) est l’un des indices du phénomène kitsch[3].

 

 

 

 

 

 

 

 

Acte II. Le voilage blanc a cédé sa place au rideau écarlate. Une tenture qui par un effet de cadrage dévore tout l’espace et constitue le seul arrière-plan. Exposées devant cette tenture qui rappelle le décor de théâtre, les silhouettes drapées du défilé, dont les couleurs, surexposées, ont pâli. Collé au rideau, ou se confondant avec lui, le drapé de la silhouette s’allie à un nouveau dispositif d’exposition. Habituellement, le rideau délimite l’espace réel de l’espace fictif et prépare le regard, tout autant qu’il le fait converger vers la scène, le lieu du spectacle. Dans la publicité, le rideau ne remplit pas l’office de séparation qui lui est dévolu dans l’univers dramatique : scène et rideau fusionnent, rendant au drapé sa dimension spectaculaire. Est spectacle, ce qui se donne à voir, ce qui est visible, et qui attire l’attention, ce qui est fait pour être vu.

En insistant sur la parenté entre le drapé et le rideau, Gvasalia ne souligne pas seulement leur parenté formelle, mais aussi l’identité de leur fonction. Le rideau est l’indice de la scène, de l’illusion et de l’imminence du jeu. Le drapé répond de la même logique indicielle, c’est-à-dire d’un réexamen du signe, du logo. De ce point de vue, la fonction du drapé est similaire à celle du logo DHL repris sur les T-shirts commercialisés par la marque : moins transitive (faisant référence à une histoire ou à une entreprise commerciale) qu’autosuffisante, visant à saturer le champ visuel réel ou virtuel. D’où le phénomène de surenchère inhérent à la culture de l’effet pour l’effet : seule la nouveauté (par définition éphémère) peut faire sensation…

Cette réduction du vêtement à l’effet, deuxième aspect du kitsch, qui rime avec l’ostentation est en parfaite adéquation avec le fonctionnement général de la consommation : est désirable, moins le produit que l’image. Le fétichisme de la matière s’étiole, l’iconomanie (littéralement, la passion démesurée pour l’image), s’impose.

 

 

[1] Tim Blanks, compte-rendu du défilé Printemps/Eté 2017 (https://www.businessoffashion.com/articles/fashion-show-review/just-in-balenciaga-springsummer-2017)

[2] Elasthanne ou élasthane (spandex en anglais), inventé en 1958 par Joseph Shivers.

[3] Sur ce point, je renvoie à l’ouvrage de référence de Christophe Genin, Kitsch dans l’âme, Paris, Vrin, 2010.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *