Jacquemus ou le drapé spontané

Début Janvier – Saint-Pétersbourg. Dans les couloirs de l’aéroport, de grands panneaux publicitaires annoncent l’arrivée imminente des nouvelles collections Printemps/Eté au magasin Le Pont rouge, équivalent du Bon marché ou de Liberty London. Parmi les marques réputées et confirmées (Marni, Martin Margiela entre autres), figure bien en évidence Jacquemus, une association suffisamment éloquente qui laisse entrevoir la popularité nouvelle de l’enseigne. Il y a peu encore, les manteaux larges et rigides de ce même créateur, aux coupes peu évidentes se trouvaient esseulés sur un portant du Bon marché, dans le carré des inclassables. Du portant isolé à l’affiche immense, il y a là un changement de dimension, une nouvelle envergure dont il faut prendre la mesure.

La collection Printemps/Eté 2018 apporte quelques éclaircissements. Présentée en septembre dernier au Musée Picasso, elle a pris de court certains journalistes. Et pour cause, Jacquemus révolutionnaire ( ?) édicte son propre calendrier, c’est-à-dire avance délibérément le lancement officiel de la semaine de la mode à Paris et étrenne un lieu qui jusque là ne n’avait jamais servi de décor, si ce n’est d’écrin pour des tableaux. Ce pouvoir inaugural, c’est-à-dire l’instauration de nouvelles règles se retrouve également sur le plan stylistique. L’introduction d’un style plus fluide libère la silhouette des volumes structurés, parfois exagérés du vestiaire hivernal, par la technique maîtresse du drapé. Celui-ci est réinterprété sur les jupes tulipes, les robes déliées, les hauts caraco qui accompagnent des pantalons fins, esprit corsaire. Parachèvement de ce style balnéaire, le bandeau large qui dégage le visage hâlé et les joues rosies ; les larges capelines de paille, qui à elles seules, imitent le soleil.

« Drapé spontané » est le qualificatif récurrent pour désigner cette collection. Spontané, au sens de libre bien sûr, comme si sa confection n’avait pas été le fruit d’un procédé long et réfléchi, mais s’était fait de lui-même, par le miracle de la rencontre entre l’étoffe et les courbes du corps féminin. C’est en somme cette découverte candide que partage Jacquemus en retrouvant à travers le paréo à frange ou la simple serviette nouée autour des hanches, tombant en joyeux plis, une forme fondamentale du prêt-à-porter, et plutôt de la haute couture d’ailleurs, certains y verront l’essence de l’habillement : le drapé. En superposant ces deux univers, l’univers détendu, innocent d’un après-midi à l’ombre des cyprès, puis sophistiqué, contraignant et rigoureux aussi de la couture, Jacquemus postule le principe suivant : il nie la différence de nature entre les deux univers et insiste sur la puissance du regard de l’enfant (celui-là même qui dédie la collection à sa mère trop tôt disparue), celui qui ne s’arrête pas au seul visible, mais celui qui reconnaît dans les formes les plus simples un potentiel infini. Le défilé est donc une opération de sublimation : celle d’identifier dans le degré zéro de l’habillement (un simple revêtement), la technique la plus sophistiquée de la couture, celle qui recrée l’impression de naturel par l’artifice complexe. Le défilé s’apparente à une vision onirique matérialisée, un rêve qui marche, en témoigne la précarité de certains plis ou l’approximation de certains arrangements, des bretelles notamment, la simplicité des matières (viscose, coton blanc, laine)

La collection, à titre visuel n’en est pas moins succès, en témoigne l’éloge quasi-unanime de la presse, le soutien des acheteurs, Dover Street market au premier chef. Succès qui s’acheminera sans doute vers une réussite commerciale indéniable, les robes les plus convaincantes étant presque épuisées sur le site de vente en ligne Moda Operandi, les accessoires au style affirmé, assurant à eux-seuls la publicité du style de Jacquemus[1]. L’effet de cette collection – la recréation du Sud – est au fond similaire à celui d’une carte postale, vision partielle et idéalisée d’un lieu qui n’existe pas. La puissance du cliché est ici à interroger, nous y reviendrons dans le premier addendum, disons simplement que la création du vêtement aujourd’hui est inséparable de celle d’un imaginaire qui n’est plus la chasse gardée de la publicité. Le vêtement se confond avec l’image et c’est un truisme que de l’énoncer. La faiblesse créative et surtout technique du vêtement, c’est-à-dire à son défaut intrinsèque de fonctionnalité peut être habillement maquillée et arrangée par un créateur dès lors qu’il invente un espace, dans lequel il peut allègrement dérouler son rêve. La force de ce rêve ne reposant pas ou plus à l’heure de la nouveauté permanente et instantanée sur une vision projetée ou une anticipation[2], c’est-à-dire sur la nouveauté radicale, mais sur une image de la mémoire que le passé vient soutenir. Peu importe que ce souvenir soit avéré ou inventé, seule compte son origine plus ou moins mythique. Par le cliché, c’est-à-dire une conception immobile et nostalgique de ce qui n’est plus et ce qui n’a sans doute jamais été, notre époque (re)fait advenir le passé dans le présent : ce transfert est le subterfuge par lequel la mode se rapporte authentiquement au monde[3]. La mode devient une entreprise de sauvegarde allégorique. Nous y reviendrons.

Addemdum I : la puissance du cliché – Jacquemus ou la réinvention de la Méditerranée

Suzy Menkès dans une récente chronique[4] interrogeait les nombreux défis guettant tout jeune créateur sur le point de lancer une marque. À l’heure où les entreprises se multiplient, les marques aussi, ainsi que les plateformes marchandes (de toute taille et de tout style), intermédiaire indispensable entre le créateur et le client ; l’importance de l’identité de marque est plus que jamais capitale et influence fortement l’orientation de la collection. Il s’agit moins de se réinventer en permanence que d’approfondir et affermir un certain univers[5], un certain imaginaire, quitte parfois à délaisser le vêtement, ou à reléguer au second plan la question de l’originalité. On remarquera aussi que le choix d’un imaginaire n’équivaut plus nécessairement à une certaine vision de la femme ou de l’homme à habiller, mais d’une atmosphère, d’une ambiance à revivre, à expérimenter, un imaginaire spatial ou temporel, mais toujours multisensoriel en quelque sorte. Pour Jacquemus, cette vision rime conjointement avec la polychromie de Marseille, les calanques secrètes où le monde s’offre dans son entier à l’individu, le folklore amusant des santons, en un mot, une sorte de mythe populaire du Sud, aux sensations pures, chantant, célébrant la joie de vivre. Un tel univers entre en résonnance toute particulière avec l’attrait accru qu’exerce cette région depuis quelques temps. Aux antipodes d’un Sud bifrons, tiraillé entre La Riviera qui conserve ses lettres de noblesse et son charme, et la vision stéréotypée d’un Sud grossier et caricatural, s’ouvre une troisième voie, qui opère une singulière synthèse initiée par une valorisation sans commune mesure de la culture (livresque, théâtrale, musicale), où le patrimoine architectural archaïque donne un relief nouveau aux productions les plus contemporaines (notamment photographiques) Le résultat ? Une nouvelle cartographie des lieux, la consolidation de l’axe culturel Avignon, Arles, Aix-en-Provence, Marseille, le pendant de la combinaison, un peu plus exubérante du Cannes, Nice, Saint-Paul de Vence, Hyères. Un Sud plus intérieur et plus secret aussi. L’affirmation d’un imaginaire (Jacquemus= Sud) et d’un imaginaire territorialisé, solidement ancré dans des habitudes, des rituels culturels déjà fossilisés mais que l’on ravive dans l’imaginaire collectif témoigne de la reformulation d’un impératif marchand où le désir du produit dépend de la capacité d’orienter son client dans une nébuleuse de propositions stylistiques. Le cliché ou l’affirmation d’un imaginaire cliché est un phare suffisamment puissant pour se repérer dans l’obscurité de la variété stylistique.

Addendum II : Cliché ou idéal ? Le cliché ou cet obscur objet du désir

L’expression « drapé spontané » est empruntée à deux journalistes, en référence à la liberté et à la simplicité de certaines silhouettes du défilé Jacquemus[6]. Nous avons analysé ce drapé comme la réconciliation imaginaire et idéale des contraires : dans un geste trivial, retrouver toute la sophistication de l’histoire de la couture. Si les deux journalistes s’accordent sur la qualification du phénomène, elles divergent néanmoins quant à son effet : pour la journaliste française, le drapé relève d’un cliché, attrayant certes, mais consensuel : « Le fait est que le créateur, cajolé par le monde de la mode livre là une garde-robe à la limite du cliché, entre esprit Carlton et simplicité estivale façon place du marché, s’essayant à l’art du drapé. » C’est une proposition jouant sur une vision de la femme trop évidente, dirons-nous, désirable car soulignant les courbes féminines (buste, nuque, dos). La mise en valeur de la féminité repose sur un corps magnifié, valorisation qui passe ici non par la forme du vêtement, mais par ce qu’il laisse apparaître (dénudé). Pour la journaliste américaine, au contraire, il fait figure d’idéal, éloge de la simplicité de la femme (française bien sûr) qui d’un simple paréo se donne le port et l’allure d’une déesse sortie des eaux : « All you needed to do tonight was take your seat for waves of this ultra-specific feeling [envy] to sink in as all the consciously unselfconscious beautiful local girls turned up, with their tumbling hair, tanned legs, and undone makeup, each of them wearing her own choice of Jacquemus’s tight, black dresses and white collars[7]. » Cette différence d’appréciation, culturelle en un sens, met en évidence la façon dont nous participons à cet imaginaire : par la critique ou l’admiration.

Note à propos des images : toutes les silhouettes sont issues du défilé Jacquemus PE 2018, Crédits : Vogue.com. Collages et arrangement réalisés par M.R.S

Notes

[1] La capeline a déjà été présentée dans les collections précédentes.
[2] Sur la question de l’anticipation, voir Walter Benjamin et les Passages parisiens.
[3] À l’issue du défilé croisière de mai 2015, la maison Dior propose un jeu de boules à ses invités triés sur le volet façon de les inclure dans un Sud imaginaire
[4] Suzy Menkès, « Global and Local. The Fashion Conundrum » 20 octobre 2017. http://www.vogue.co.uk/article/suzy-manish-arora-rahul-mishra-jacquemus-atlein-global-and-local-the-fashion-conundrum
[5] C’est la logique que suit Alessandro Michele chez Gucci
[6] Respectivement Sonia Racheline (Vogue Paris), Compte-rendu du 26 septembre 2017 et Sarah Mower (Vogue US), Compte-rendu du 25 septembre 2017. Disponible en ligne
[7] Nous traduisons : « Vous n’aviez qu’à vous asseoir,ce soir-là pour que ce sentiment si particulier vous gagne [l’envie], alors qu’apparaissaient toutes ces jeunes femmes typiques à la beauté faussement négligée, avec leur chevelure détachée, leurs jambes bronzées et leur maquillage imparfait, chacune moulée dans une robe noire à col blanc de leur choix, signée Jacquemus. »

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.