Marc Jacobs ou « la lutte pour le style »

Portrait de Marie de Médicis adolescente par Pulzone, rhabillée par Marc Jacobs

 

Remarque en passant. Marc Jacobs propose une collection « non commerciale » (Suzy Menkes, Vogue, Février 2018), en retravaillant les accessoires contraignants de la Renaissance, la fraise, « façon drapé des années 80 ». Montaigne décriait dans les Essais, au chapitre sur les Lois somptuaires, cette vanité inutile venue d’Italie, cette inclination à nourrir « pour cet effet cette corruption et incommodité si apparente » (Montaigne, Essais Chapitre XLIII).

Marc Jacobs bouscule les règles du marché en l’incommodant à son tour par le style, c’est-à-dire en réintroduisant dans le vocabulaire des formes de la mode, des accessoires qui par le passé signifiaient déjà cette distance avec le monde, et en particulier avec l’homo laborans. La fraise ou la « lutte pour le style » (Expression empruntée à Aby Warburg, Mémoire d’habilitation, 1902-1904)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.