Hermès par Margiela : la sensation exposée, l’expérience vue

Nous définissons avant tout le vêtement comme image, c’est-à-dire selon des critères éminemment visuels : la forme ou la coupe du vêtement, sa couleur. Des éléments pour lesquels nous disposons d’un vocabulaire étendu, facile d’usage car soit ordinaire (robe, pantalons font partie des rudiments du langage) soit non spécifique à l’habillement (la gamme chromatique) et qui donne à la perception initiale du vêtement toute sa consistance. Pour bien voir, il faut en quelque sorte savoir, et savoir dire ce que l’on voit. C’est encore l’image qui explique la fascination que peut faire naître une robe. Image de soi, image idéalisée et projetée, que le vêtement appelle et trame.

L’exposition Hermès – Années Margiela, présentée au Musée des Arts Décoratifs de Paris (MAD) prend à rebours ces deux principes élémentaires. Avec une majorité de vêtements dans des tonalités sourdes et des coupes souvent strictes et assez homogènes, point de Oh ! et de Ah !, exclamations en boite qui rythmaient la précédente exposition (Dior). L’absence d’emphase ne nuit pas cependant à la richesse et à la densité de l’expérience esthétique proposée, qui consiste en une inflexion de la logique visuelle prédominante. Parmi l’appareil muséographique, une notice retient l’attention. À mi-parcours, on lit :

« Les collections Hermès sont entièrement conçues autour de la notion de confort que les vêtements peuvent procurer. Cette sensation que les mannequins dégagent durant le défilé est si palpable que leur allure ne peut qu’en être sublimée »

Rendre le confort visible. Rendre palpable (mais de façon visuelle ?) la sensation que dégage le contact du vêtement porté. La stricte distinction entre l’ordre visuel et l’ordre tactile est ainsi troublée par l’aisance avec laquelle certains manteaux ou jupes rencontrent le corps immobile des mannequins, faisant affleurer nettement le poids et des matières, et par là même leur présence. Cet effet physique perceptible étend le champ de l’expérience esthétique du vêtement, puisqu’il initie une transition d’une logique du visible à celle du sentir.

Crédit : Photographies personnelles, prises lors de la visite de l’exposition

Extrait de la bande sonore diffusée à l’entrée et à la sortie de l’exposition : Marie-Hélène Vincent- Choukroun, Les Compliments, 1995

Margiela, Les années Hermès, MAD Paris, du 22 mars au 2 septembre 2018 http://madparis.fr/francais/musees/musee-des-arts-decoratifs/expositions-1210/expositions-en-cours/margiela-les-annees-hermes/

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.