Alaïa ou la mode selon l’esprit des lieux

On comprend la mode comme un phénomène temporel par excellence, qu’en est-il de l’espace, de ces lieux qui habitent le vêtement ?

La galerie Alaïa a inauguré le 2 juillet sa deuxième exposition consacrée au couturier disparu en novembre 2017. Sous les arcades en fer forgé du 18 rue de la Verrerie à Paris, est présenté un florilège des silhouettes de la collection printemps-été 1992. Collection insolite à double titre : collection fleuve (plus de 115 modèles au lieu de la vingtaine de modèles habituelle), collection inaugurale, puisque la première à défiler dans le lieu qui accueille la présente exposition. Un lieu tout sauf anecdotique selon Oliver Saillard, commissaire de l’exposition, car loin de suffire de décor ou d’écrin de la collection. Au contraire, il en dévoile toute l’épaisseur, voire les sources d’inspiration.

À gauche : détail de la verrière de la Fondation Azzedine Alaïa, située au 18 rue de la Verrerie, Paris, IVe. À droite, détail d’une robe chemise agrémentée d’une ceinture corset en cuir. Alaïa 1992.

Lorsque Azzedine Alaïa achète ces entrepôts au croisement de la rue de la Verrerie et de la rue de Moussy dans le Marais, rien ne laisse supposer la découverte qui va suivre : un lieu qui en cache un autre, ou plutôt derrière l’ordinaire et la banalité des murs, l’Histoire avec un H majuscule. En menant les travaux de restauration, en retirant les couches, on fait apparaître des reliquats des époques passées. L’architecture parisienne comme toutes celles des villes chargées d’histoire fonctionne à l’image d’un palimpseste : on construit sur l’existant, on recompose à partir de l’ancien, qui affleure comme par transparence. Sous le plâtre décati de cet entrepôt, gisaient d’anciennes fresques, des mappes-mondes, d’immenses cartes peintes a fresco qu’Azzedine Alaïa ne s’est pas contenté de contempler comme le souvenir d’une époque révolue, mais qu’il a utilisé comme un repère, comme boussole pour s’orienter dans les méandres de sa propre créativité et tirer les fils conducteur de sa collection.

À gauche, robe à la française (couleur retouchée), collection du MET New York, sur fond de tissu Alaïa. À droite, silhouette Alaïa du défilé de 1992. Robe chemise et blazer bleu touareg portés par Marie-Sophie Wilson-Care sur fond de tissu, Maison Pierre Frey

En parcourant ces mappes-mondes révolues, Azzedine Alaïa a croisé le regard ancien d’un personnage que les mêmes murs ont enseigné : Jeanne-Antoinette Poisson, future Madame de Pompadour, favorite du Roi, du temps où ce lieu n’était pas un entrepôt, ni le réfectoire des employés du BHV voisin, mais le vénérable hôtel particulier des évêques de Beauvais, lieu de son enfance où elle a reçu les premiers rudiments de son éducation[1]. Dans cette trajectoire extraordinaire de La Pompadour, Azzedine Alaïa revoit la sienne, celle qui par l’art du vêtement et plus largement par la maîtrise de la physionomie du corps et des mœurs, lui a permis de côtoyer les heureux du monde. Aussi pour la collection de 1992, Azzedine Alaïa décide de rhabiller les fantômes, de retravailler les formes si exubérantes et galbées des robes à la française en y superposant des souvenirs de l’enfance tunisienne. Les robes à panier sont raccourcies, les corsets deviennent visibles et sont taillés dans le cuir façon moucharabieh, les soieries rayées des volumineuses robes à la française se métamorphosent en robe chemise ou caftan, mais retravaillées dans les pâles pastels de Fragonard, qui a immortalisé autrefois la Belle.

À gauche, détail des arcades en fer forgé de la Fondation Azzedine Alaïa, située au 18 rue de la Verrerie, Paris, IVe. À droite, détails d’une robe chemise et des découpes du cuir. Azzedine Alaïa, 1992

Difficile de réduire l’exercice d’interprétation d’Alaïa à un simple travail de citation ou de restreindre la créativité vestimentaire à la théorie de l’éternel retour. Plutôt qu’un processus cyclique, de répétition du même, créer un vêtement pour Alaïa s’apparente de façon superficielle à la mise en relation d’éléments divers (un lieu, une fascination pour un personnage historique, une culture), voire de façon plus profonde, à une concordance des temps (XVIIIe et XXe siècles) activée par l’esprit d’un lieu. Un vêtement d’Alaïa serait à l’image de ce mur du 18 rue de la Verrerie, aux épaisseurs multiples. Nous utilisions en ouverture l’image du palimpseste pour traduire les nombreuses influences architecturales de la ville de Paris. De façon similaire, on peut trouver dans le vêtement conçu par Alaïa une idée proche, c’est-à-dire dans un vêtement, la présence d’un autre vêtement, plus ancien, d’une époque d’un lieu, qui réapparaît comme par effet de transparence. L’idée selon laquelle le vêtement n’est pas simplement un objet, mais un ensemble de rapports, peut être exprimée par le terme de TRANSVESTISSEMENT, terme que nous forgeons sur le modèle de la transtextualité[2] du linguiste Gérard Genette. Intégrer la compréhension du vêtement dans une étude comme transvestissement autorise une lecture transversale de l’histoire de la mode plutôt que linéaire et invite à une exploration multidirectionnelle et interdisciplinaire du vêtement, qui intègrerait l’influence du lieu, des objets, des êtres. Elle nuancerait l’importance de la temporalité comme seul principe explicatif de la genèse des formes vestimentaires.

Robe-chemise longue de coton rayé noir et blanc, ceinture de cuir perforé noir, portée à droite par Veronica Webb, par Naomi Campbell à gauche. Fond de l’image: tissus rayés Maison Pierre Frey

Pour aller plus loin :

« L’alchimie secrète d’une collection », exposition conçue par Olivier Saillard. Galerie Azzedine Alaïa, 18 rue de la Verrerie (Paris IVe) du 2 juillet 2018 au 6 janvier 2019 (Plus d’informations ici)

  • Annick Steta, « La vocation d’un virtuose », Entretien avec Azzedine Alaïa, Numéro « Le sens de la mode, la Revue des Deux Mondes, Février 2014
  • Paul Perot « L’hôtel des évêques de Beauvais et la rue de Moussy », Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 21e année, 1894, p. 36-38
  • Michel Pastoureau, L’étoffe du diable. Une histoire des tissus rayés. Paris, Seuil 2014 (en particulier le chapitre dédié au traitement des rayures au XVIIIe siècle)
  • Images du défilé Alaïa 1992 consultable en ligne : https://www.vogue.com/fashion-shows/spring-1992-ready-to-wear/azzedine-alaia/slideshow/collection#13
  • Gérard Genette, Palimpsestes, Le Seuil, coll. « Poétique », 1982

[1] Extrait de l’entretien avec Azzedine Alaïa publié dans la Revue des Deux Mondes (2014) : « J’adore Madame de Pompadour : c’est ma favorite. Elle m’a suivi tout au long de ma vie. Depuis une vingtaine d’années, ma maison est installée au 7 rue de Moussy, dans le Marais. Un jour, en lisant un article du Figaro portant sur l’histoire du quartier, j’ai découvert que le père de Mme de Pompadour, François Poisson, louait l’ancien hôtel des évêques de Beauvais, situé à l’emplacement du 7 rue de Moussy. Elle y a vécu quand elle était enfant et son frère y est né. Donc ici, vous êtes chez elle ! »

[2] Dans Palimpsestes (1982), Gérard Genette définit la transtextualité comme : « tout ce qui met le texte en relation, manifeste ou secrète, avec d’autres textes. »

Crédits photographiques : Détails des vêtements Alaïa et du lieu 
de l'exposition : photographies personnelles retouchées. 
Silhouettes Alaïa défilé P/E 1992 : Vogue.com. 
Échantillons de tissus : Maison Pierre Frey.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.