Presse féminine et écriture féministe : concordances et discordances entre journalisme et actualité

Tour d’horizon des interrogations qui travaillent les journalistes de la presse féminine à l’occasion d’une table-ronde organisée le 17 décembre 2018 par le collectif Culture de mode. Elle réunissait Claire Blandin (universitaire), Alice Pfeiffer et Mélody Thomas (journalistes) et était modérée par Manon Renaut (journaliste).

La raison de cette table-ronde s’annonçait comme un bilan : peut-on déceler un changement de cap dans la presse féminine suite aux différentes affaires qui ont jeté une lumière crue sur la situation des femmes ? Une discussion selon trois points de vue : celui de l’histoire et de l’anthropologie, celui de la presse papier, celui de la presse digitale, qui permet de déceler les écueils du débat, ses limites mais aussi certaines inflexions prometteuses.

De gauche à droite : Alice Pfeiffer, Mélody Thomas, Claire Blandin et Manon Renaut (photo personnelle)

Inutile de revenir sur l’origine du mouvement Me Too ou sa version française, « maintenant on agit», dénonçant entre autres choses les différentes tonalités de la violence faite aux femmes. Intéressons-nous davantage à ce que ces mouvements ont généré : une prise de parole massive, des manifestations, des débats relayés par les medias. Où se situe la presse féminine dans cette nouvelle économie de la parole ? Peut-on affirmer avec assurance l’influence de cette actualité décisive de la condition féminine sur les magazines qui en font l’écho ? Claire Blandin, historienne des médias et professeur à Paris XIII relativise cette corrélation. Il faut interroger avant toute chose l’image de la femme véhiculée. Force est de constater que cet imaginaire est relativement homogène reposant sur deux principes :

  • celui des impératifs (suggestions d’achat, entretien de soi) nourris par le désir
  • celui d’une structure de communication proposée par le magazine reposant principalement sur l’empathie et le système des témoignages (l’hypothétique lectrice se reconnaissant dans la situation décrite)

Ce modèle est toujours valable comme en témoigne le vif succès de Femme Actuelle, leader des magazines féminins payants.  Un tel constat est toutefois partiel et ne tient pas compte des multiples évolutions du secteur, notamment d’une presse féminine qui tend progressivement à faire abstraction du genre, pour s’orienter vers l’univers plus neutre mais aussi plus divers du lifestyle. C’est notamment le cas des suppléments hebdomadaires des grands titres de presse (M le magazine du Monde, T pour le New York Times, ou Dix pour l’Express. La presse dite de niche ne relève pas non plus de la grille d’analyse exposée plus haut. La mode là encore est moins traitée selon le genre, mais adopte un fonctionnement thématique (voir Exhibition magazine, Antidote, magazine Double, System)

L’homogénéité du type féminin promu peut s’expliquer par l’absence de diversité au sein des rédactions rappellent en chœur Alice Pfeiffer et Mélody Thomas. Comme si finalement, le lecteur était à l’image de l’auteur et inversement. C’est moins vrai pour la presse digitale où la hiérarchie inhérente au domaine de la mode semble moins forte nuance Mélody Thomas. Promouvoir la liberté de la femme dans des articles progressistes, eux-mêmes adossés à des publicités multipliant les impératifs en tous genres, maintenir des hiérarchies fortes au sein des rédactions, comment expliquer et démêler ces contradictions ?

Claire Blandin recontextualise ce paradoxe à l’aune de l’histoire du féminisme. Selon elle, la presse ne propose qu’une version édulcorée du féminisme et endosse difficilement un rôle militant. Elle évoque ainsi les rapports entre le MLF et le magazine ELLE qui s’est toujours targué d’incarner une voix libératrice. Pris dans les mailles d’un système complexe, mêlant intérêts financiers et publicitaires, un magazine peut difficilement concilier les contraintes d’un fort tirage avec un rôle précurseur. Toujours selon Claire Blandin, la presse est moins meneuse que suiveuse, elle ne fait qu’entériner des mouvements sociaux profonds largement acceptés par la majorité. De quoi sans doute relativiser la fonction d’avant-garde traditionnellement associée à la presse de mode, qui ne peut faire montre d’audace qu’à la condition de bénéficier d’un public déjà acquis. De ce point de vue, d’autres types de support, notamment les supports numériques, avec des modèles de diffusion différents permettent de se libérer de ce carcan.

Le féminisme s’apparente à une étiquette avancent en dernier lieu les journalistes lucides. Il est traité à la façon d’un exotisme, entouré d’une rhétorique qui le nimbe d’une aura désirable, comme le dernier produit à la mode. Privé de toute répercussion concrète, le féminisme se limiterait-il à un pur élément du discours ? Peut-être est-ce précisément dans les formes du discours elles-mêmes qu’une forme de liberté est encore à prendre. J’esquisse une question sur la manière d’écrire : “les prises de position féministes influencent-elles vos manières d’écrire, vous conduisent-elles à reformuler certains sujets, à privilégier des thèmes plutôt que d’autres ?” Difficile pour les journalistes de répondre à ma question, mais la consultation des magazines eux-mêmes permet une hypothèse qui repose le problème à nouveaux frais.

En novembre dernier, le Vogue UK présentait sur l’une de ses couvertures, la mannequin australo-soudanaise Adut Akech avec l’intitulé Party, intitulé qui met l’accent sur les vêtements exubérants du mannequin. Vogue Paris en février 2019 publie un numéro intitulé « L’éclat unisexe », avec le mannequin suédois Erika Linder. Pour reprendre la terminologie de la sémiotique, dans un cas le discours redouble l’image (Vogue Paris) et l’image illustre le discours ; dans l’autre, le lien est suffisamment lâche pour ne pas s’arrêter au choix du mannequin et laisse ouvert toutes les interprétations possibles. Dans un cas, le genre ou l’apparence est un sujet, une étiquette qui encadre, voire limite la réception de l’image ; dans l’autre, il n’est pas signifiant pour lui-même mais augmente l’horizon du rêve, de l’expérience esthétique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.