Faire de la mode une discipline : difficultés, enjeux, perspectives

 

Comment conférer aux études sur la mode une véritable légitimité académique ? Par le prisme de son propre parcours, Valerie Steele, actuelle directrice du Fashion Institue of Technology (FIT, New York) est revenue sur les difficultés et les enjeux cruciaux soulevés par cette question dans le cadre d’une conférence donnée à l’E.H.E.S.S, alors que la recherche française et européenne prend conscience de sa diversité et de son dynamisme et tente de rassembler ses forces vives par le réseau Culture[s] de mode.

Valerie Steele, à l’E.H.E.S.S, le Ier octobre 2018, dans le cadre des conférences inaugurales de Culture(s) de mode. Photographie personnelle

Difficile de s’engager dans un tel projet sans évoquer les difficultés récurrentes rencontrées par tout chercheur s’intéressant à la mode ou au vêtement. Valerie Steele s’est principalement référée au contexte américain des années 80, moment où elle a lancé ses recherches et inauguré en somme un champ disciplinaire (Fashion Studies), mais nul doute qu’elles n’ont pas perdu de leur actualité, du moins pour la première 

  • Première difficulté, de nature axiologique : le soupçon de frivolité, traditionnel qui pèse sur ce phénomène social. Soupçon si rebattu qu’il en perd de sa substance. Cette frivolité renvoie à la fois à l’émerveillement que peut susciter un certain type de parure et à sa condamnation morale implicite, orientant le rapport à la mode du côté du désir plutôt que de celui de la connaissance ou de la réflexion.
  • La seconde difficulté, plutôt de nature méthodologique, moins pertinente aujourd’hui compte tenu de l’évolution des études en mode se résume ou se résumait à la prédominance d’une approche historique partielle et cloisonnée, parfois amateur, privilégiant la description du vêtement plutôt que son analyse, la parure splendide des élites plutôt que la mise commune et populaire, sans remettre en perspective les formes vestimentaires dans un contexte social précis. Un tel défaut se retrouvait dans le traitement et l’analyse des couturiers, approche quasi sanctifiante, stipulant une stricte équivalence entre l’avènement de certaines silhouettes et le génie propre du créateur.

Ces deux approches que Valerie Steele nomme l’approche antiquisante (antiquarian) du vêtement et hagiographique du créateur ont été battues en brèche par l’influence de plusieurs courants sur l’objet mode et par conséquent l’introduction de méthodologies diverses :

  • une approche historico-économique telle qu’on la trouve chez Daniel Roche et Philippe Perrot
  • une approche culturelle (culture matérielle et visuelle), qui s’intéresse en particulier au statut de la mode dans les sous-cultures et à sa fonction subversive. L’ouvrage de Dick Hebdige, Subculture, the meaning of style (1979) est exemplaire de cette démarche.
  • une approche liée aux études de genre, conférant à la mode une place ambivalente, parfois oppressante, parfois libératrice.

Mais l’originalité de ce champ d’étude tient moins à des changements heuristiques ou de paradigme importés par d’autres disciplines (sociologie, anthropologie, économie), c’est-à-dire somme toute à un développement théorique homogène, qu’à de multiples terrains où une tentative de penser la mode éclot.

En effet, la nature de la mode est éminemment plurielle : phénomène social et culturel, industriel et économique, elle s’incarne dans des objets, qui à leur tour reflètent l’esprit d’une époque révolue ou actuelle. De fait, une mise en perspective de ce phénomène ne peut se réaliser uniquement sur les bancs de l’université ou les pages d’un journal académique, mais aussi dans les studios de création et les musées. Et Valerie Steele d’insister sur le milieu extrêmement poreux qu’a pu constituer le musée, où l’exposition de vêtements parfois inconnus du grand public et des créateurs a pu régénérer l’invention vestimentaire, notamment par l’entremise de conservateurs éminents comme Richard Martin (l’exposition Three women : Madeleine Vionnet, Claire McCardell, Rei Kawabuko présentée au FIT en 1987 a fait date)

Cette pluralité extrêmement stimulante du point de vue de la réflexion, souligne également des zones de tension, des difficultés structuelles inhérentes à l’établissement de la discipline, dont Valerie Steele a pointé très judicieusement les enjeux pratiques :

  • Comment contenir l’extrême foisonnement de la discipline « Etudes de mode », qui nuit parfois à la lisibilité des propositions s’y afférant, sans toutefois brider l’interdisciplinarité essentielle à ce domaine ? On comprend bien que la volonté d’affirmer l’unité d’une discipline rejoint une question plus vaste de légitimité académique, c’est-à-dire la possibilité d’identifier une ou des méthodologies claires dans la perspective de l’affilier à un champ de recherche établi. (sociologie, histoire, etc…) ou d’inaugurer un champ de recherche propre. Or actuellement, les études de mode sont davantage considérées comme des spécialités ou spécialisations de cursus généralistes plutôt que comme un parcours universitaire à part entière.
  • D’où cette seconde interrogation doublée d’une proposition de l’historienne américaine. Pour intégrer l’université ou la prendre d’assaut, il est plus que nécessaire de constituer un véritable programme, non pas de recherche, c’est-à-dire accessible à un niveau de recherche avancé (Master ou Doctorat), mais d’élaborer des contenus de connaissance pluridisciplinaires dès l’entrée à l’université, qui ne réduisent pas à l’histoire de la mode au sens pauvre du terme, soit une chronologie des formes vestimentaires.

De la même manière, une telle démarche s’avèrera sans doute salutaire pour la philosophie, dont les concepts sont largement utilisés dans les études sur la mode à titre d’auxiliaire, mais qui ne s’est pas véritablement emparé du sujet. Ou si elle l’a fait, un panorama des multiples approches développées par les philosophes reste à établir.

Alaïa ou la mode selon l’esprit des lieux

On comprend la mode comme un phénomène temporel par excellence, qu’en est-il de l’espace, de ces lieux qui habitent le vêtement ?

La galerie Alaïa a inauguré le 2 juillet sa deuxième exposition consacrée au couturier disparu en novembre 2017. Sous les arcades en fer forgé du 18 rue de la Verrerie à Paris, est présenté un florilège des silhouettes de la collection printemps-été 1992. Collection insolite à double titre : collection fleuve (plus de 115 modèles au lieu de la vingtaine de modèles habituelle), collection inaugurale, puisque la première à défiler dans le lieu qui accueille la présente exposition. Un lieu tout sauf anecdotique selon Oliver Saillard, commissaire de l’exposition, car loin de suffire de décor ou d’écrin de la collection. Au contraire, il en dévoile toute l’épaisseur, voire les sources d’inspiration.

À gauche : détail de la verrière de la Fondation Azzedine Alaïa, située au 18 rue de la Verrerie, Paris, IVe. À droite, détail d’une robe chemise agrémentée d’une ceinture corset en cuir. Alaïa 1992.

Continuer la lecture de « Alaïa ou la mode selon l’esprit des lieux »

Hermès par Margiela : la sensation exposée, l’expérience vue

Nous définissons avant tout le vêtement comme image, c’est-à-dire selon des critères éminemment visuels : la forme ou la coupe du vêtement, sa couleur. Des éléments pour lesquels nous disposons d’un vocabulaire étendu, facile d’usage car soit ordinaire (robe, pantalons font partie des rudiments du langage) soit non spécifique à l’habillement (la gamme chromatique) et qui donne à la perception initiale du vêtement toute sa consistance. Pour bien voir, il faut en quelque sorte savoir, et savoir dire ce que l’on voit. C’est encore l’image qui explique la fascination que peut faire naître une robe. Image de soi, image idéalisée et projetée, que le vêtement appelle et trame.

L’exposition Hermès – Années Margiela, présentée au Musée des Arts Décoratifs de Paris (MAD) prend à rebours ces deux principes élémentaires. Continuer la lecture de « Hermès par Margiela : la sensation exposée, l’expérience vue »

Le paradoxe de Galatée : être muse et créateur

L’histoire de la mode prolonge à sa manière le mythe de Pygmalion. D’un côté, Pygmalion créateur, souvent masculin. (Yves Saint-Laurent a fait naître Laetitia Casta d’une rose, Azzedine Alaïa a tiré Grace Jones de la maille stretch, Karl Lagerfeld, tel un oiseleur a révélé la voix de Vanessa Paradis1 ) ; de l’autre : les muses, féminines bien sûr, créatures mi-divines, mi-fantasques aux aventures rocambolesques (Loulou de la Falaise, Betty Catroux, Charlotte Gainsbourg, muse et égérie de Nicolas Ghesquière, chez Balenciaga puis chez Louis Vuitton.)

Charles Monnet, Pygmalion amoureux de sa statue, 1762, Fonds des dessins et miniatures, Musée du Louvre

Cette séparation n’est que la reprise fidèle de ce qu’Ovide rapportait autrefois : « Pygmalion vivait sans compagne, célibataire ; jamais une épouse n’avait partagé sa couche. Cependant, grâce à une habileté merveilleuse, il réussit à sculpter dans l’ivoire blanc comme la neige un corps de femme d’une telle beauté que la nature n’en peut créer de semblable et il devint amoureux de son œuvre2» On connaît la suite : Vénus, émue du sort du sculpteur, transforma l’ivoire en chair et donna vie à Galatée. La muse inspire le projet, mais le créateur lui donne forme et existence. Continuer la lecture de « Le paradoxe de Galatée : être muse et créateur »

  1. https://www.dailymotion.com/video/xxuv0 []
  2. Ovide, Métamorphoses, X, 243-297 []

Marc Jacobs ou « la lutte pour le style »

Portrait de Marie de Médicis adolescente par Pulzone, rhabillée par Marc Jacobs

 

Remarque en passant. Marc Jacobs propose une collection « non commerciale » (Suzy Menkes, Vogue, Février 2018), en retravaillant les accessoires contraignants de la Renaissance, la fraise, « façon drapé des années 80 ». Montaigne décriait dans les Essais, au chapitre sur les Lois somptuaires, cette vanité inutile venue d’Italie, cette inclination à nourrir « pour cet effet cette corruption et incommodité si apparente » (Montaigne, Essais Chapitre XLIII).

Marc Jacobs bouscule les règles du marché en l’incommodant à son tour par le style, c’est-à-dire en réintroduisant dans le vocabulaire des formes de la mode, des accessoires qui par le passé signifiaient déjà cette distance avec le monde, et en particulier avec l’homo laborans. La fraise ou la « lutte pour le style » (Expression empruntée à Aby Warburg, Mémoire d’habilitation, 1902-1904)

Jacquemus ou le drapé spontané

Début Janvier – Saint-Pétersbourg. Dans les couloirs de l’aéroport, de grands panneaux publicitaires annoncent l’arrivée imminente des nouvelles collections Printemps/Eté au magasin Le Pont rouge, équivalent du Bon marché ou de Liberty London. Parmi les marques réputées et confirmées (Marni, Martin Margiela entre autres), figure bien en évidence Jacquemus, une association suffisamment éloquente qui laisse entrevoir la popularité nouvelle de l’enseigne. Il y a peu encore, les manteaux larges et rigides de ce même créateur, aux coupes peu évidentes se trouvaient esseulés sur un portant du Bon marché, dans le carré des inclassables. Du portant isolé à l’affiche immense, il y a là un changement de dimension, une nouvelle envergure dont il faut prendre la mesure.

La collection Printemps/Eté 2018 apporte quelques éclaircissements. Présentée en septembre dernier au Musée Picasso, elle a pris de court certains journalistes. Et pour cause, Jacquemus révolutionnaire ( ?) édicte son propre calendrier, c’est-à-dire avance délibérément le lancement officiel de la semaine de la mode à Paris et étrenne un lieu qui jusque là ne n’avait jamais servi de décor, si ce n’est d’écrin pour des tableaux. Ce pouvoir inaugural, c’est-à-dire l’instauration de nouvelles règles se retrouve également sur le plan stylistique. L’introduction d’un style plus fluide libère la silhouette des volumes structurés, parfois exagérés du vestiaire hivernal, par la technique maîtresse du drapé. Celui-ci est réinterprété sur les jupes tulipes, les robes déliées, les hauts caraco qui accompagnent des pantalons fins, esprit corsaire. Parachèvement de ce style balnéaire, le bandeau large qui dégage le visage hâlé et les joues rosies ; les larges capelines de paille, qui à elles seules, imitent le soleil. Continuer la lecture de « Jacquemus ou le drapé spontané »

Du kitsch au néo-kitsch : actualité du mauvais goût dans le monde de la mode

Résumé de la conférence donnée le 10 octobre 2017 à l’Institut français de la mode

Collage réalisé par nos soins à partir du tableau Lactose Tolerance de Chloé Wise

L’engouement que suscite les œuvres de Jeff Koons, le succès arrogant de Gucci sous l’ère Michele, plus récemment les toiles bariolées et pop de l’artiste Chloé Wise qui figent par la peinture les nouvelles habitudes ou gimmicks de l’époque, le déferlement des logos revisités (Balenciaga, Louis Vuitton, Gucci/Guccy), autant d’éléments qui peuvent se comprendre sous la bannière du kitsch. Le kitsch ou le goût pour l’excès et l’effet touche ainsi notre rapport aux objets par le biais d’une consommation effrénée, aussi bien que nos conduites et nos attitudes, voire notre sensibilité. Pour autant, si ce terme est employé couramment, et notamment par la presse, qui utilise ce prédicat pour désigner toute résurgence d’une culture populaire restylisée et la glorification du mauvais goût, difficile de s’entendre sur son sens précis. Phénomène ambivalent et insaisissable, le kitsch se dérobe à toute définition et réduit toute entreprise de théorisation à une énumération veine. Plutôt que d’en proposer une définition arrêtée, notre communication s’intéressera davantage à esquisser quelques réflexions sur les raisons de la survivance d’un tel phénomène : symptôme de crises des valeurs répétées, le kitsch en est aussi le remède en distillant ça et là par le bariolé et le mignon, des doses de bonheur. Nous nous attacherons dans un premier temps à rappeler ces moments saillants ponctuant l’histoire du kitsch, solidaire des bouleversements de l’industrie et de la valeur de l’art au XIXe siècle, afin de mesurer les évolutions du phénomène et ses différents stades. Puis nous insisterons sur les déclinaisons du kitsch dans la mode, et la transformation d’une esthétique des marges à une tendance appelée à être suivie massivement.

Si le kitsch doit son acte de naissance à la fétichisation de l’objet et à l’engouement bourgeois pour l’accumulation, est-il toujours pertinent d’employer ce terme à l’ère de la dématérialisation de la consommation et de la fluidité des échanges ? Peut-on parler à cet égard d’un néo-kitsch ou d’autres variantes ?

 

Références bibliographiques

  • Adorno, Théodor, Théorie Esthétique (1969), Paris, Klincksieck, 2011
  • Benjamin, Walter, « Kitsch Onirique » (1927), Œuvres II, Paris, Gallimard, 2000
  • Bolton, Andrew and Koda, Harold, Schiaparelli & Prada: impossible conversations. New Haven, Yale University Press. 2012.
  • Charpy, Manuel, « Bibelots. Le monde en miniature » in Sylvain Venayre et Pierre Singaravélou (dir.), Histoire du monde au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2015
  • Charpy, Manuel, Le théâtre des objets. Espaces privés, culture matérielle et identité bourgeoise, Paris, 1830-1914, sous la direction de Jean-Luc Pinol, professeur à l’ENS Lyon, 2010 – Doctorat d’histoire contemporaine de l’Université François Rabelais de Tours. Disponible en ligne.
  • Dorfles, Gilles, Le kitsch, un catalogue raisonné du mauvais goût, préface de Jean Duvignaud, Paris, Editions Complexe, trad. de l’italien par Paul Alexandre, 1978
  • Genin, Christophe, « Devenir Kitsch : un modèle pour nos sociétés », conférence enregistrée dans le cadre du colloque de Cerisy : Le kitsch : définitions, poétiques, valeurs », sous la direction de Franz Johansson et Mathilde Vallespir. https://www.franceculture.fr/conferences/maison-de-la-recherche-en-sciences-humaines/devenir-kitsch-un-modele-pour-nos-societes
  • Genin, Christophe, Kitsch dans l’âme, Paris, Vrin, 2010
  • Moles, Abraham, Psychologie du kitsch. L’art du bonheur, Paris, Denoël, 1976
  • Nofri, Valeria, « The aesthetics of kitsch : from Versace to Prada » : http://www.academia.edu/22928205/The_aesthetics_of_kitsch_from_Versace_to_Prada
  • Olalquiaga, Céleste, Royaume de l’artifice. L’émergence du kitsch au XIXe siècle. Trad. par Gilbert Cohen-Solal et Michèle Veubret, révisée par l’auteur, Fage Editions.
  • Sontag, Susan, « Notes on Camp » (1964), essai tiré du recueil L’œuvre parle, Paris, Christian Bourgois, 2010

Le drapé chez Balenciaga : spectaculairement kitsch !

Dernier moment de notre analyse consacrée aux résurgences contemporaines du drapé dans les collections prêt à porter printemps/été 2017. Après l’inspiration antique chez Chanel, le drapé ordinaire comme uniforme chez Céline, voici quelques éléments de réflexion sur l’interprétation kitsch proposée par Demna Gvasalia pour la collection Balenciaga printemps-été 2017.

Continuer la lecture de « Le drapé chez Balenciaga : spectaculairement kitsch ! »

De la féminité absolue au féminin excentrique : l’usage ironique du drapé chez Céline

La collection Printemps/Eté 2017 de la maison Céline brille par l’éclectisme de ses silhouettes : costume masculin, robe de cocktail, robes longues plus décontractées (maxi dress) abordées selon différentes techniques : l’art de la superposition, du non-fini, le contraste chromatique, le jeu sur les volumes. Il en ressort une impression tourbillonnante, liée à la multiplication des propositions stylistiques, accentuée par la vertigineuse chorégraphie des mannequins dont les trajectoires dans l’installation qui sert de décor, miment la collision, le heurt.

Jeu de superposition, Céline P/E 2017. Crédits : Another Magazine

Continuer la lecture de « De la féminité absolue au féminin excentrique : l’usage ironique du drapé chez Céline »

Silhouette & Idéal : la modernité de l’antiquité selon Chanel

La dernière collection croisière Chanel s’établit sur une antithèse féconde, annoncée par le décor du défilé. Dans le ventre du Grand Palais – coupole de verre et de fer – se tient l’architecture de pierre, l’archétype de tout édifice, le temple grec. Cette curieuse rencontre se rejoue au niveau du vestiaire, qui décline autant d’indices rappelant l’antiquité : de la gamme chromatique choisie (terracota, sable, doré, blanc Mykonos), des motifs tirés des vases dichromes, de l’embellissement parfois faussement kitsch des tissus, des techniques (notamment le plissé, le drapé) retravaillés selon les attentes contemporaines du prêt à porter.

Chanel, Décor du défilé croisière, Paris, Mai 2017

Continuer la lecture de « Silhouette & Idéal : la modernité de l’antiquité selon Chanel »

Drapés exubérants ou la mise en scène du pouvoir sous le Second Empire

 

second-empire-2-540x1024
Maison Belloir et Vazelle, Inauguration du canal de Suez – Trône du vice-roi d’Egypte, 1869. Crayon, Aquarelle, Gouache, Paris, Musée d’Orsay.

Le Second Empire interprète à sa manière le drapé, entre nécessité d’un décor somptueux pour asseoir un pouvoir fragile et goût pour l’antique comme en témoigne l’exposition se tenant actuellement au Musée d’Orsay.

Spectaculaire Second Empire, 27 septembre 2016 – 16 janvier 2017. Musée d’Orsay.

Du coup de griffe au fétiche : quelques réflexions sur la magie de la haute couture

Si une épithète qualifie par excellence la haute couture, c’est bien celle de somptueux [1], articulant la dimension esthétique du vêtement, sa beauté, sa qualité, et son luxe, au sens où il engage de grandes dépenses. Furetière ajoute par ailleurs, que c’est la combinaison de ces deux éléments qui est à l’origine de cette forte impression que peut causer une belle mise, un bel équipage, un habit raffiné [2]. La haute couture de par son origine même en est l’illustration exemplaire. Destinée aux grandes fortunes et aux élégantes, à son firmament dans les années cinquante, elle est synonyme de distinction et de privilèges, mais aussi du point de vue créatif, le terrain d’une liberté sans pareille. L’instauration de cette réunion de couturiers dont l’appellation remonte à 1880 [3] met en exergue la volonté de rassembler des talents et de protéger de la copie intempestive, les modèles originaux. La haute couture, un manifeste avant l’heure de la liberté de création et de la propriété intellectuelle et artistique.

us vogue 09 1967 haute couture sue_murray_balenciaga_3 3

us vogue 09 1967 haute couture sue_murray_balenciaga_3 2
Robe Balenciaga Haute couture 1967. Profil et face Crédits : Vogue US

Continuer la lecture de « Du coup de griffe au fétiche : quelques réflexions sur la magie de la haute couture »