Alaïa ou la mode selon l’esprit des lieux

On comprend la mode comme un phénomène temporel par excellence, qu’en est-il de l’espace, de ces lieux qui habitent le vêtement ?

La galerie Alaïa a inauguré le 2 juillet sa deuxième exposition consacrée au couturier disparu en novembre 2017. Sous les arcades en fer forgé du 18 rue de la Verrerie à Paris, est présenté un florilège des silhouettes de la collection printemps-été 1992. Collection insolite à double titre : collection fleuve (plus de 115 modèles au lieu de la vingtaine de modèles habituelle), collection inaugurale, puisque la première à défiler dans le lieu qui accueille la présente exposition. Un lieu tout sauf anecdotique selon Oliver Saillard, commissaire de l’exposition, car loin de suffire de décor ou d’écrin de la collection. Au contraire, il en dévoile toute l’épaisseur, voire les sources d’inspiration.

À gauche : détail de la verrière de la Fondation Azzedine Alaïa, située au 18 rue de la Verrerie, Paris, IVe. À droite, détail d’une robe chemise agrémentée d’une ceinture corset en cuir. Alaïa 1992.

Lire la suite

Hermès par Margiela : la sensation exposée, l’expérience vue

Nous définissons avant tout le vêtement comme image, c’est-à-dire selon des critères éminemment visuels : la forme ou la coupe du vêtement, sa couleur. Des éléments pour lesquels nous disposons d’un vocabulaire étendu, facile d’usage car soit ordinaire (robe, pantalons font partie des rudiments du langage) soit non spécifique à l’habillement (la gamme chromatique) et qui donne à la perception initiale du vêtement toute sa consistance. Pour bien voir, il faut en quelque sorte savoir, et savoir dire ce que l’on voit. C’est encore l’image qui explique la fascination que peut faire naître une robe. Image de soi, image idéalisée et projetée, que le vêtement appelle et trame.

L’exposition Hermès – Années Margiela, présentée au Musée des Arts Décoratifs de Paris (MAD) prend à rebours ces deux principes élémentaires. Lire la suite

Marc Jacobs ou « la lutte pour le style »

Image

Portrait de Marie de Médicis adolescente par Pulzone, rhabillée par Marc Jacobs

 

Remarque en passant. Marc Jacobs propose une collection « non commerciale » (Suzy Menkes, Vogue, Février 2018), en retravaillant les accessoires contraignants de la Renaissance, la fraise, « façon drapé des années 80 ». Montaigne décriait dans les Essais, au chapitre sur les Lois somptuaires, cette vanité inutile venue d’Italie, cette inclination à nourrir « pour cet effet cette corruption et incommodité si apparente » (Montaigne, Essais Chapitre XLIII).

Marc Jacobs bouscule les règles du marché en l’incommodant à son tour par le style, c’est-à-dire en réintroduisant dans le vocabulaire des formes de la mode, des accessoires qui par le passé signifiaient déjà cette distance avec le monde, et en particulier avec l’homo laborans. La fraise ou la « lutte pour le style » (Expression empruntée à Aby Warburg, Mémoire d’habilitation, 1902-1904)

Drapés exubérants ou la mise en scène du pouvoir sous le Second Empire

Image

 

second-empire-2-540x1024

Maison Belloir et Vazelle, Inauguration du canal de Suez – Trône du vice-roi d’Egypte, 1869. Crayon, Aquarelle, Gouache, Paris, Musée d’Orsay.

Le Second Empire interprète à sa manière le drapé, entre nécessité d’un décor somptueux pour asseoir un pouvoir fragile et goût pour l’antique comme en témoigne l’exposition se tenant actuellement au Musée d’Orsay.

Spectaculaire Second Empire, 27 septembre 2016 – 16 janvier 2017. Musée d’Orsay.

En passant

Appel à contribution

En écho à notre article sur le coup de griffe et le fétiche, voici un lien vers la présentation d’un colloque à venir sur le thème de la haute couture.

« Nouveaux regards sur la haute couture parisienne, de 1850 à nos jours », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 30 juin 2016, http://calenda.org/371833

Enveloppes ordinaires

Image

Fernell Franco, Série Amarrados, 1988

Fernell Franco, Série Amarrados, 1988

« En travaillant à la photographie d’objets inanimés, je me suis rendu compte que cette façon d’envelopper avait quelque chose à voir avec celle de ficeler et d’isoler la mort. Avec la façon dont on empaquette le mort pour le couvrir, pour le retirer de la vue des vivants. »

Fernell Franco, citation commentant la série Amarrados, présentée à la Fondation Cartier, Paris.

Fernell Franco. Cali Clair-obscur. Fondation Cartier pour l’art contemporain, du 6 février au 5 juin 2016, Paris.

La garde-robe ou le refuge de la personnalité

La dernière exposition du Palais Galliera illustre avec exemplarité l’intimité des entretiens entre vêtement et corps, vêtement et personnalité. Déambulant entre les robes, les manteaux, les casaques brodées, les tenues de bals ou de voyage, c’est moins la reconstitution d’un Paris désormais englouti, celui de Proust, de Montesquiou ou de Fauré qui fascine, que l’impression de rencontrer un fantôme, comme si des étoffes émanait encore la chaleur du corps tant chéri, celui de la comtesse Greffulhe.

otto_visuel_affiche_retrouche

Comtesse Greffulhe par Otto

Lire la suite