Presse féminine et écriture féministe : concordances et discordances entre journalisme et actualité

Tour d’horizon des interrogations qui travaillent les journalistes de la presse féminine à l’occasion d’une table-ronde organisée le 17 décembre 2018 par le collectif Culture de mode. Elle réunissait Claire Blandin (universitaire), Alice Pfeiffer et Mélody Thomas (journalistes) et était modérée par Manon Renaut (journaliste).

La raison de cette table-ronde s’annonçait comme un bilan : peut-on déceler un changement de cap dans la presse féminine suite aux différentes affaires qui ont jeté une lumière crue sur la situation des femmes ? Une discussion selon trois points de vue : celui de l’histoire et de l’anthropologie, celui de la presse papier, celui de la presse digitale, qui permet de déceler les écueils du débat, ses limites mais aussi certaines inflexions prometteuses.

De gauche à droite : Alice Pfeiffer, Mélody Thomas, Claire Blandin et Manon Renaut (photo personnelle)
Continuer la lecture de « Presse féminine et écriture féministe : concordances et discordances entre journalisme et actualité »

Pourquoi Inquiétudes Textiles ?

où l’on explique l’histoire de ce carnet de recherche, son origine qui n’est autre…qu’une histoire.

Drapé en mouvement. Photographie de Solve Sundsbo pour le magazine Exhibition

Inquiétudes Textiles, une expression qui mérite quelques éclaircissements pour que l’étonnement qu’elle fait poindre ne se transforme en confusion. Pas question de déplorer ici un secteur industriel en crise, n’en déplaise au référencement des moteurs de recherche sans imagination. Il n’est pas question de fermeture d’usine ou de coût au mètre du tissu, mais de poésie.

L’inquiétude n’est pas la crise, c’est-à-dire l’arrêt, le moment crucial, le dilemme. L’inquiétude est du côté du mouvement. L’inquiétude, s’apparente à l’inconstance mais aussi à l’agitation au sens de dynamisme d’une pensée. Ce terme est précisément celui choisi par Yves Bonnefoy pour caractériser le textile, de sa confection à son expérience dans un essai consacré à ce sujet[1]. Le rapprochement entre la matière tissée et un mouvement de l’esprit peut surprendre mais ne correspond pas pour autant à un choix fortuit. Au delà d’une correspondance métaphorique, s’esquisse la tentative de nommer ce que le tissu est, de déterminer sa nature, c’est-à-dire de définir ce que peut l’art textile tant par la production que par ses effets sur un hypothétique spectateur. Bonnefoy dans la suite de sa contribution relève ainsi deux traits significatifs de l’inquiétude textile : le tissu est potentiellement infini, il ne connaît aucune « délimitation naturelle » dans l’opération même du tissage. D’où sa proximité avec l’informe, premier trait de l’inquiétude. Et cette indétermination est la source possible de la création, comprise essentiellement comme expérimentation, second trait de l’inquiétude. Bonnefoy en déduit une affinité entre art textile et poésie, art inquiet par excellence. Si la poésie est un art inquiet, c’est qu’elle est un art du détournement, détournement du langage et expérimentation à partir des mots par la création d’images verbales. L’opération textile appelle également ses images, profondes et anciennes, convergeant vers des symboles fondateurs des cultures humaines, comme la bien montré Gilbert Durand par exemple. De façon un peu rapide, l’inquiétude n’est qu’une autre manière d’insister sur la nécessaire désorientation de la pensée face à des objets rétifs à toute conceptualisation assurée car appartenant davantage au monde des images plutôt qu’à celui  du discours.

Il arrive que les images parlent, mais elles parlent dans ce cas par image, comment pourraient-elles faire autrement ? Le textile appelle mythes et contes. Par myriades. Opérations techniques du tissage dans l’Odyssée où la patiente Pénélope ordonne et défait inlassablement son ouvrage en attendant le retour d’Ulysse ou voile de Maya dans la tradition védique où le monde sensible n’est qu’un immense pan de tissu suspendu devant le regard des hommes ; peau de bête qui transforme pour les héroïnes des contes de fée, tunique délétère pour Hercule… Oui, il faudrait un fil d’Ariane pour retrouver son chemin dans ce labyrinthe de récits. Arrêtons nous un instant sur ceux qui s’intéressent aussi aux affinités entre la pensée et le tissage autour de la figure cardinale du réseau. Il en est un que nous aimons beaucoup car il anticipe en quelque sorte notre projet et supplée la maladresse ou l’insuffisance des mots. C’est un conte chinois, intitulée « la grande tapisserie » selon la version proposée par le magnifique recueil cosigné par Claude Fauque et Anne Lascoux[2].

Il était une fois, puisque c’est la formule consacrée, une mère et ses trois fils. Un jour, la mère aperçoit sur les étals d’un commerçant un tableau, un paysage. La contemplation devient rencontre, la rencontre, choc esthétique. Ce paysage n’est pas qu’une simple image : ce n’est pas un lieu naturel que la mère distingue mais c’est elle-même qu’elle reconnaît par le truchement du tableau. Devant lui, elle se sent exister et c’est une géographie toute intérieure qui apparaît à ses yeux. À son tour de créer, mue par cette expérience cruciale, elle tisse avec ses rêves, ses pensées, ses larmes, ses peines et ses joies ce qu’il lui est apparu. Elle tisse sans fin avec ses propres pensées.

À bien des égards, il y a là une image que Bergson lui-même ne renierait pas : nos intuitions sont faites de ce que nous ramassons, de ce que nous rencontrons, de ce que nous oublions. Nous les taillons, nous les assemblons, mais telles une navette entre les trames, elles percent un chemin dans l’inconnu, avant de revenir vers la pensée moins hardie, pour l’aider à composer patiemment les mailles d’un discours intelligible.

Tisser un tissu sans fin avec ses propres pensées, voilà notre programme.


[1] Yves Bonnefoy, « Inquiétude », Dictionnaire culturel du Tissu. Régis Debray et Patrice Hugues (dir.), Editions Babylone et Fayard, Paris, 2005

[2] Claude Fauque et Anne Lascoux avec des illustrations de Charlotte Gastaut, Secrets d’étoffes, Paris, Zditions Albin Michel, 2015