Marc Jacobs ou « la lutte pour le style »

Portrait de Marie de Médicis adolescente par Pulzone, rhabillée par Marc Jacobs

 

Remarque en passant. Marc Jacobs propose une collection « non commerciale » (Suzy Menkes, Vogue, Février 2018), en retravaillant les accessoires contraignants de la Renaissance, la fraise, « façon drapé des années 80 ». Montaigne décriait dans les Essais, au chapitre sur les Lois somptuaires, cette vanité inutile venue d’Italie, cette inclination à nourrir « pour cet effet cette corruption et incommodité si apparente » (Montaigne, Essais Chapitre XLIII).

Marc Jacobs bouscule les règles du marché en l’incommodant à son tour par le style, c’est-à-dire en réintroduisant dans le vocabulaire des formes de la mode, des accessoires qui par le passé signifiaient déjà cette distance avec le monde, et en particulier avec l’homo laborans. La fraise ou la « lutte pour le style » (Expression empruntée à Aby Warburg, Mémoire d’habilitation, 1902-1904)

Drapés exubérants ou la mise en scène du pouvoir sous le Second Empire

 

second-empire-2-540x1024
Maison Belloir et Vazelle, Inauguration du canal de Suez – Trône du vice-roi d’Egypte, 1869. Crayon, Aquarelle, Gouache, Paris, Musée d’Orsay.

Le Second Empire interprète à sa manière le drapé, entre nécessité d’un décor somptueux pour asseoir un pouvoir fragile et goût pour l’antique comme en témoigne l’exposition se tenant actuellement au Musée d’Orsay.

Spectaculaire Second Empire, 27 septembre 2016 – 16 janvier 2017. Musée d’Orsay.

Enveloppes ordinaires

Fernell Franco, Série Amarrados, 1988
Fernell Franco, Série Amarrados, 1988

« En travaillant à la photographie d’objets inanimés, je me suis rendu compte que cette façon d’envelopper avait quelque chose à voir avec celle de ficeler et d’isoler la mort. Avec la façon dont on empaquette le mort pour le couvrir, pour le retirer de la vue des vivants. »

Fernell Franco, citation commentant la série Amarrados, présentée à la Fondation Cartier, Paris.

Fernell Franco. Cali Clair-obscur. Fondation Cartier pour l’art contemporain, du 6 février au 5 juin 2016, Paris.