Olivier Saillard et le drapé : du simple au complexe

J’entame un cycle de réflexion sur la modernité du drapé. Par modernité, je n’entends pas simplement l’ancrage historique du drapé dans une période allant de la seconde moitié du xixe siècle au premier tiers du xxe siècle, mais une démarche créative étayée de réelles propositions d’innovation, d’un imaginaire pluriel et élaborant soigneusement de nouvelles valeurs autour de l’étoffe drapée.
Il me semble qu’est ignoré tout un pan de l’histoire du drapé, moins celui qui rattache cette technique emblématique de la confection vestimentaire au mythe d’une femme déesse, que celui qui dans la veine anthropologique et architecturale, associe le drapé à des origines pleinement humaines et techniques. Par le drapé, l’homme prend sa mesure.

 

Pli et drapés – Moda Povera Crédits : @axelledoue

Premier temps de cette réflexion, une proposition contemporaine, celle d’Olivier Saillard et de son collectif autour d’une réflexion intitulée Moda Povera. Continuer la lecture de « Olivier Saillard et le drapé : du simple au complexe »

Alaïa ou la mode selon l’esprit des lieux

On comprend la mode comme un phénomène temporel par excellence, qu’en est-il de l’espace, de ces lieux qui habitent le vêtement ?

La galerie Alaïa a inauguré le 2 juillet sa deuxième exposition consacrée au couturier disparu en novembre 2017. Sous les arcades en fer forgé du 18 rue de la Verrerie à Paris, est présenté un florilège des silhouettes de la collection printemps-été 1992. Collection insolite à double titre : collection fleuve (plus de 115 modèles au lieu de la vingtaine de modèles habituelle), collection inaugurale, puisque la première à défiler dans le lieu qui accueille la présente exposition. Un lieu tout sauf anecdotique selon Oliver Saillard, commissaire de l’exposition, car loin de suffire de décor ou d’écrin de la collection. Au contraire, il en dévoile toute l’épaisseur, voire les sources d’inspiration.

À gauche : détail de la verrière de la Fondation Azzedine Alaïa, située au 18 rue de la Verrerie, Paris, IVe. À droite, détail d’une robe chemise agrémentée d’une ceinture corset en cuir. Alaïa 1992.

Continuer la lecture de « Alaïa ou la mode selon l’esprit des lieux »