Entendre des voix dans la Mode. Newsletters et Clubhouse

Détail. Rembrandt, Saint-Matthieu et l’Ange, 1661, Musée du Louvre

 

Cet article avait au départ l’ambition d’un fleuve. S’intéresser au rapport entre l’expérience de la mode et le discours sur la mode. Pas du point de vue du sémiologue, pas du point de vue des signes utilisés, mais en analysant ce que le medium fait à la pensée, aux modes de réception du discours et plus largement à notre rapport au vêtement.

En quoi l’expérience de ce que nous lisons ou que nous faisons au sujet de la mode et du vêtement est-elle affectée par le support à partir duquel elle se déploie ? Indifféremment : un livre, un site internet, une visite dans un musée, un titre de la presse nationale ou régionale, un magazine de niche, une newsletter, un blog, un site marchand, un compte Instagram ou Twitter, une discussion sur Clubhouse, une conférence sur TedEx, un colloque au Musée des Arts Décoratifs ?

En considérant ces multiples exemples, l’unité d’un discours sur la mode vole en éclats. Il n’est pas uniquement question de discours écrit, ni même de discours journalistique n’en déplaise à Barthes, il est question d’une expérience du vêtement partagée à l’oral, selon différents registres du langage. La parole se conjugue à l’écriture, l’anecdote au récit d’une après-midi à visiter les magasins, le podcast spécialisé à la recherche érudite sur une époque donnée. Il est frappant de constater à quel point la mode fait parler d’elle, à quel point elle a besoin que l’on parle d’elle. Si cette publicité est l’indice du caractère social et mercantile de la mode, voire de son caractère fantasmatique (le discours comme l’image drapent le vêtement d’onirisme), elle masque mal un impensé radical : parvenir à mettre des mots sur une expérience ordinaire, l’expérience vestimentaire elle-même, sans chercher à la sublimer par des termes comme le style ou l’élégance. N’est-il pas paradoxal que le discours sur la mode soit souvent incapable de prendre en charge cette expérience alors qu’elle est, semble-t-il, à son origine ? (ou peut-être pas)

Un tel silence peut être expliqué par plusieurs raisons :

  • L’expérience vestimentaire ordinaire du vêtement est fondamentalement opposée à l’imaginaire de la mode reposant sur l’évasion. J’ai eu l’occasion d’expliquer ce point dans une conférence récente donnée à la BNF[1].
  • L’expérience ordinaire du vêtement, c’est-à-dire l’expérience du vêtement porté peine à être saisi par le langage. Elle ne fait pas l’objet de rituels dédiés[2] dans le cadre privé comme la dégustation d’un met ou d’un vin ; le vocabulaire est moins précis et technique que celui de la confection vestimentaire. Trop intimes, trop fugaces, les sensations vestimentaires sont rétives aux mots.

Les quelques transformations médiatiques de l’année passée donnent peut-être à cette expérience silencieuse une nouvelle puissance. Et peut-être une nouvelle voix. Les newsletters d’une part, l’application Clubhouse de l’autre. Cet article résulte d’observations menées durant l’année écoulée. Il n’a rien d’un article académique traitant de la philosophie de la mode. Il vise simplement, et c’est un euphémisme, à tirer au clair certaines expériences. À penser à partir de ce que l’on peut lire et écouter.

L'intégralité de l'article est à télécharger ci-après.  Merci de respecter les conventions habituelles si vous citez cet article : Marie Schiele, « Entendre des voix dans la mode. Newsletters et Clubhouse », Inquiétudes Textiles, 17 avril 2021

[1] Cette conférence s’intègre au cycle Philosophie du quotidien – les états du corps. La conférence est disponible à l’écoute sur la chaîne Youtube de la BNF : https://www.youtube.com/watch?v=djTeAMAYePI

[2] En précisant rituels d’ordre privé, j’exclus le discours sur le vêtement, le commentaire qui accompagne le rituel d’achat, souvent collectif et amical. Dans les quelques articles que j’ai pu lire à ce sujet, le rituel est étudié selon les classes d’âge et les classes sociales, selon les lieux. Moins à partir du prisme discursif. Mais ce type de discours porte-t-il vraiment sur le vêtement ? Les compliments ou les désaccords portent avant toute chose sur l’allure générale.

Olivier Saillard et le drapé : du simple au complexe

J’entame un cycle de réflexion sur la modernité du drapé. Par modernité, je n’entends pas simplement l’ancrage historique du drapé dans une période allant de la seconde moitié du xixe siècle au premier tiers du xxe siècle, mais une démarche créative étayée de réelles propositions d’innovation, d’un imaginaire pluriel et élaborant soigneusement de nouvelles valeurs autour de l’étoffe drapée.
Il me semble qu’est ignoré tout un pan de l’histoire du drapé, moins celui qui rattache cette technique emblématique de la confection vestimentaire au mythe d’une femme déesse, que celui qui dans la veine anthropologique et architecturale, associe le drapé à des origines pleinement humaines et techniques. Par le drapé, l’homme prend sa mesure.

 

Pli et drapés – Moda Povera Crédits : @axelledoue

Premier temps de cette réflexion, une proposition contemporaine, celle d’Olivier Saillard et de son collectif autour d’une réflexion intitulée Moda Povera. Continuer la lecture de « Olivier Saillard et le drapé : du simple au complexe »

Hermès par Margiela : la sensation exposée, l’expérience vue

Nous définissons avant tout le vêtement comme image, c’est-à-dire selon des critères éminemment visuels : la forme ou la coupe du vêtement, sa couleur. Des éléments pour lesquels nous disposons d’un vocabulaire étendu, facile d’usage car soit ordinaire (robe, pantalons font partie des rudiments du langage) soit non spécifique à l’habillement (la gamme chromatique) et qui donne à la perception initiale du vêtement toute sa consistance. Pour bien voir, il faut en quelque sorte savoir, et savoir dire ce que l’on voit. C’est encore l’image qui explique la fascination que peut faire naître une robe. Image de soi, image idéalisée et projetée, que le vêtement appelle et trame.

L’exposition Hermès – Années Margiela, présentée au Musée des Arts Décoratifs de Paris (MAD) prend à rebours ces deux principes élémentaires. Continuer la lecture de « Hermès par Margiela : la sensation exposée, l’expérience vue »