Le paradoxe de Galatée : être muse et créateur

L’histoire de la mode prolonge à sa manière le mythe de Pygmalion. D’un côté, Pygmalion créateur, souvent masculin. (Yves Saint-Laurent a fait naître Laetitia Casta d’une rose, Azzedine Alaïa a tiré Grace Jones de la maille stretch, Karl Lagerfeld, tel un oiseleur a révélé la voix de Vanessa Paradis1 ) ; de l’autre : les muses, féminines bien sûr, créatures mi-divines, mi-fantasques aux aventures rocambolesques (Loulou de la Falaise, Betty Catroux, Charlotte Gainsbourg, muse et égérie de Nicolas Ghesquière, chez Balenciaga puis chez Louis Vuitton.)

Charles Monnet, Pygmalion amoureux de sa statue, 1762, Fonds des dessins et miniatures, Musée du Louvre

Cette séparation n’est que la reprise fidèle de ce qu’Ovide rapportait autrefois : « Pygmalion vivait sans compagne, célibataire ; jamais une épouse n’avait partagé sa couche. Cependant, grâce à une habileté merveilleuse, il réussit à sculpter dans l’ivoire blanc comme la neige un corps de femme d’une telle beauté que la nature n’en peut créer de semblable et il devint amoureux de son œuvre2» On connaît la suite : Vénus, émue du sort du sculpteur, transforma l’ivoire en chair et donna vie à Galatée. La muse inspire le projet, mais le créateur lui donne forme et existence. Continuer la lecture de « Le paradoxe de Galatée : être muse et créateur »

  1. https://www.dailymotion.com/video/xxuv0 []
  2. Ovide, Métamorphoses, X, 243-297 []