Une thèse sur l’imaginaire du drapé – Argumentaire général

Le discours philosophique a traditionnellement condamné le vêtement, c’est-à-dire l’apparence en énonçant un double-reproche :

  • un reproche concernant sa fonction supplétive (la nécessité du vêtement n’est que le signe en creux d’un manque (sur le plan mythologique), voire de la faute (sur le plan théologique)
  • Un reproche concernant son effet subversif : l’apparence consacre le décalage entre l’intériorité (le vrai) et l’extériorité, la surface (le variable et possiblement le faux) voire conduit à la substitution du paraître à l’être. L’illusion vestimentaire consistant moins à l’instar de l’illusion picturale dans l’imitation que dans le « faire impression ».

« Déchirer le voile des apparences », « les apparences sont trompeuses » ou au contraire « la vérité nue », « dévoiler », « révéler » le langage ordinaire conserve la trace de ce désaveu des apparences, largement consommé par le geste philosophique, en particulier dans le champ de la connaissance ou celui de la métaphysique. L’apparence perçue n’est ainsi que le stade précaire de la connaissance ou le repoussoir contre lequel s’érige un discours authentique. Si la philosophie ne veut manquer son « rendez-vous avec la vérité » selon l’expression de Nietzsche, alors elle ne peut que reconnaître le vêtement comme un objet de pensée illégitime, car hors de son champ d’investigation. Certes, une telle opposition à maints égards rudimentaire, doit être nuancée, voire infléchie selon les auteurs étudiés ; néanmoins son influence est toujours tenace dans le domaine des études théoriques sur le vêtement.

À rebours de ce modèle, qui comprend l’apparence comme un élément essentiellement négatif, nous postulons l’existence d’une conception alternative du vêtement, qui affleure de façon saisissante dans le traitement artistique et théorique d’un objet particulier : le drapé. Parce qu’à sa lumière, le vêtement apparaît moins comme une image que comme un geste, le drapé rend à la conception du vêtement, sa positivité. Déplacement de sens et de valeur confirmé par la convocation de nouvelles catégories au sein des discours théoriques portant sur cet objet : moins des catégories d’ordre métaphysique ou moral que des catégories poétiques et esthétiques.

C’est l’étendue de cet imaginaire du drapé, c’est-à-dire l’ensemble des représentations, significations et valeurs du drapé que nous nous proposons d’étudier dans cette thèse, en mettant en regard et en contact le traitement artistique et vestimentaire du drapé avec les textes philosophiques et issus de la théorie de l’art dans lesquels un tel imaginaire a pris consistance. Et cela, depuis son introduction dans la langue française (fin du XVIIe siècle) à son élaboration théorique (XVIIIe et XIXe siècles), afin de mettre en évidence par après la source d’inspiration qu’a pu constituer un tel imaginaire dans la création vestimentaire des années 30, moment habituellement compris comme celui de la « réinvention du drapé. ». Comme si, du terrain de la représentation duquel s’est dégagé une première définition du drapé, ce dernier s’en émancipait pour retrouver enfin le corps.

Reconstituer l’imaginaire du drapé vise ainsi à donner in concreto les jalons d’une philosophie du vêtement.